France: la police démantèle plusieurs campements sauvages de réfugiés à Calais

Près de 400 réfugiés, majoritairement Syriens, ont été délogés lundi par les forces de l'ordre de plusieurs campements sauvages situés près du port français de Calais (Nord), a constaté un correspondant de l'AFP.

Ces opérations ont eu lieu à la suite d'une décision de justice, a-t-on appris de sources concordantes proches du dossier. La préfecture du Pas-de-Calais a affirmé à l'AFP qu'en dehors d'un nouveau campement mis en place en avril, baptisé localement "New Jungle", "toute implantation illicite ne peut demeurer en l'état et fera l'objet d'une évacuation".

 

Sans solution de relogement, une cinquantaine de réfugiés, accompagnés de militants du mouvement "No border", qui luttent pour l'abolition des frontières, ont effectué un "sit-in" au port en fin de matinée pour refuser de se rendre à la "New Jungle", qui abrite près de 3.000 migrants. "Les Syriens refusent d'y aller en raison du climat d'insécurité qui y règne", a affirmé un responsable de l'ONG Médecins du monde.

Ils ont été délogés par les forces de l'ordre, qui ont fait usage de gel lacrymogène, et ont procédé à l'interpellation de trois militants "No border", selon plusieurs responsables associatifs. Deux autres campements d'une cinquantaine de personnes chacun, également situés à proximité du port et dans lesquels vivaient depuis plusieurs mois des Syriens mais aussi d'autres migrants venant d'Afrique, ont été démantelés.

 

Ces habitations précaires, composées de tentes, ont été installées il y a plusieurs mois, bien avant la mise en place de la "New Jungle" construite en avril. Sous la pluie battante, plusieurs groupes de migrants, dont de nombreuses femmes avec enfants, erraient lundi après-midi dans le centre-ville, portant sur le dos des sacs plastique à la recherche d'un toit ou d'un lieu pour replanter un campement de fortune, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Un quatrième campement situé à proximité de la "New Jungle", abritant plusieurs ressortissants Erythréens, a également été démantelé à l'aide d'un bulldozer, a constaté un photographe de l'AFP. Environ 4.000 migrants, venus principalement d'Afrique de l'Est, d'Afghanistan et de Syrie, se trouvent dans la région de Calais dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre, qu'ils considèrent comme un eldorado.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK