France: "l'éco-orgasme", ou les meilleurs moyens de protéger ses hormones

L'exposition aux perturbateurs endocriniens (bisphénol A, phtalates, parabènes, etc.) pourrait expliquer la baisse de fertilité en France
L'exposition aux perturbateurs endocriniens (bisphénol A, phtalates, parabènes, etc.) pourrait expliquer la baisse de fertilité en France - © Loic Venance

L'Association Générations Cobayes a lancé une campagne pour "protéger ses hormones" et arriver à "l'éco-orgasme", en évitant les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques capables de modifier le fonctionnement hormonal et induire des "effets néfastes", a-t-elle annoncé jeudi.

L'exposition aux perturbateurs endocriniens (bisphénol A, phtalates, parabènes, etc.) constitue notamment "l'explication la plus vraisemblable" à la baisse de fertilité observée ces dernières années en France, a expliqué le toxicologue André Cicolella, président de l'association Réseau environnement santé (RES) lors de la présentation de la campagne Générations Cobayes.

Entre un quart et un sixième des couples français ont aujourd'hui des difficultés pour concevoir des enfants (à savoir l'impossibilité de concevoir pendant un an) contre un septième, il y a 20 ans, selon deux études françaises citées par M. Cicolella.

Protéger la vie sexuelle des jeunes générations

L'infertilité est un "phénomène majeur" et "en progression rapide" a-t-il indiqué. Les perturbateurs endocriniens sont également pointés du doigt pour expliquer la hausse du nombre de cancers hormonodépendants, principalement les cancers du sein et ceux de la prostate, a rappelé le responsable.

Générations Cobayes a lancé une campagne pour protéger la vie sexuelle des jeunes générations des perturbateurs endocriniens et pour convaincre les fabricants de préservatifs, de lubrifiants et de produits intimes à détailler la composition de leur produit sur les emballages.

Ces produits sont généralement des dispositifs médicaux, mais l'inscription de leur composition sur l'emballage n'est apparemment pas obligatoire, contrairement aux produits cosmétiques.

"Le mouvement réclame davantage de transparence sur les ingrédients utilisés et lance une pétition à destination des fabricants en ce sens", selon le coordinateur de Générations Cobayes, Damien Hensens.

L'association a édité un dépliant "Les sept commandements de" l'éco-orgasme" pour exclure les substances dangereuses de la sexualité, conseillant notamment "les capotes en latex naturel et les lubrifiants à base d'eau".


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK