France: DSK entendu par la police dans l'affaire "Tristane Banon"

Tristane Banon accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle
Tristane Banon accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle - © AFP / Miguel Médina

Dominique Strauss-Kahn a été entendu lundi matin par la police à Paris, dans le cadre de l'enquête initiée à la suite de la plainte pour tentative de viol de la journaliste et écrivain française Tristane Banon, ont annoncé lundi à l'AFP les avocats de l'ex patron du FMI.

Dominique Strauss-Kahn a quitté lundi peu après 11 heures les locaux de la police judiciaire parisienne où il était entendu par les enquêteurs chargés de l'enquête sur les accusations de tentative de viol portées par Tristane Banon, a constaté un journaliste de l'AFP.

"A la demande (de M. Strauss-Kahn), cette audition a eu lieu aussitôt que possible au regard du calendrier de l'enquête", avaient indiqué Mes Frédérique Baulieu et Henri Leclerc avant l'audition. Ils ont précisé que Dominique Strauss-Kahn était "entendu en qualité de témoin".

En juin, après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York à la suite d'accusations de crimes sexuels de la part d'une femme de chambre d'un grand hôtel, Tristane Banon avait déposé une plainte contre lui pour une tentative de viol qui remonterait à 2003.

Cette plainte a fait l'objet d'une enquête préliminaire diligentée par le parquet de Paris.

Pour achever cette enquête, il fallait que Dominique Strauss-Kahn soit entendu. Les proches de ce dernier avaient affirmé à l'AFP qu'il voulait être entendu le plus vite possible pour, selon leurs termes, "solder cette affaire".

L'ancien ministre des Finances, qui réfute les accusations de la jeune journaliste, est rentré à Paris le 4 septembre après l'abandon de toutes les charges pesant sur lui aux États-Unis.

A l'issue de l'enquête préliminaire, le parquet peut décider d'ouvrir une information judiciaire confiée à juge d'instruction, de classer sans suite ou de juger que les faits allégués, datant de 2003, sont prescrits.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK