France: des professeurs manifestent… en donnant 20/20 à tous les élèves

France: des professeurs manifestent… en donnant 20/20 à tous les élèves
France: des professeurs manifestent… en donnant 20/20 à tous les élèves - © JACQUES DEMARTHON - AFP

En France, on n’a pas de moyens, mais on a des idées. C’est sans doute ce que se sont dit certains professeurs, au moment de protester contre la réforme du lycée (dernières années du secondaire). Ils ont décidé de mettre 20/20 à tous leurs élèves, afin de bloquer le processus d’orientation grâce aux notes.

La réforme porte sur le cœur même de l’enseignement au lycée : les trois filières, S (pour scientifique), L (pour littéraire) et ES (pour économique et sociale) sont vouées à disparaître au profit de spécialités choisies par les élèves. Problème : impossible, au vu du nombre d’heures d’enseignement, de contenter tous les lycéens. Alors du Sud au Nord, en passant par Paris, des professeurs ont décidé de surnoter tous leurs élèves.

Une hiérarchie des élèves par la note

Face à cette situation, le ministère de l’Education nationale ne pourra pas répartir les élèves selon leurs notes, et ainsi leur imposer une spécialité. « En face de nous, nous avons des directions qui, on le voit très bien à leurs réactions depuis quelques jours, ont vraiment besoin d’avoir une hiérarchie des élèves par la note, en fonction de ceux qui ont au-dessus de 12 ou 14, de ceux qui ont entre 12 et 8, ceux qui sont en dessous de 8 », explique une enseignante à France Info.

Les élèves n’auront toutefois pas à s’inquiéter, leurs copies seront corrigées normalement. « On corrige les copies et informe les élèves de leurs notes réelles, mais sur Pronote (logiciel interne aux établissements scolaires), c’est 20 pour tout le monde », précise à Ouest-France une professeur de langues à Nantes.

Si les parents ne sont pas toujours très emballés par la méthode employée, les professeurs sont solidaires. Au lycée Sophie-Germain, l’un des plus réputés de Paris, 91% des enseignants se sont déclarés contre la réforme. Dans certains établissements, les professeurs ont également refusé d’organiser et de corriger des épreuves blanches du baccalauréat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK