Fournisseurs d'énergie verte : Greenpeace dévoile son nouveau classement

Une éolienne
Une éolienne - © ERIC LALMAND - BELGA

Les coopératives dominent une nouvelle fois le classement annuel des fournisseurs d'énergie verte établi par Greenpeace. L'ONG constate néanmoins que les géants du secteur passent à la vitesse supérieure. "Les grands fournisseurs d'électricité se rendent peu à peu compte que la seule voie possible est celle des énergies renouvelables", indique-t-elle lundi dans un communiqué.

Pour élaborer son classement, l'ONG se fonde sur "la définition classique des énergies renouvelables, qui exclut les combustibles fossiles et le nucléaire", souligne-t-elle. Les notes attribuées à la vingtaine de fournisseurs passés au crible sont ventilées entre les investissements de la société (comptant pour 50% du score global), la capacité de production et/ou les achats d'électricité (35%) et le mix énergétique indiqué sur la facture (15%).

Selon cette méthodologie, les coopératives Energie 2030, Wase Wind, Cociter et Ecopower décrochent chacune un score de 20/20. "Ces dernières obtiennent invariablement les meilleures notes, car elles réinvestissent une grande partie de leurs bénéfices dans les énergies renouvelables", souligne Greenpeace.

En forte croissance, le fournisseur liégeois Mega obtient 12/20. "L'entreprise effectue la majeure partie de ses achats auprès de producteurs d'énergie éolienne. Toutefois, l'offre devra suivre la croissance du portefeuille de ses clients, sous peine de voir son score s'effondrer. Pour le solde (environ un tiers) de ses livraisons, Mega dépend toujours du marché de l'énergie, encore très pollué", justifie Greenpeace.

Si les géants du secteur occupent toujours le bas du classement, l'ONG relève qu'ils accélèrent le tempo dans la transition énergétique. Ainsi, Total-Lampiris (8/20) et Engie-Electrabel (5/10) déplacent de plus en plus leurs investissements vers les énergies renouvelables. "Mais dans le même temps, ils continuent de se concentrer sur l'énergie nucléaire peu fiable (Engie) et les centrales au gaz polluantes (Total)", déplore Greenpeace.

Avec une note de 2/20, Luminus arrive bon dernier en raison des investissements massifs de sa maison-mère EDF dans des centrales nucléaires. "Même si les investissements d'EDF dans les énergies renouvelables sont en forte hausse, ils restent très faibles par rapport aux montants investis dans l'énergie nucléaire. Cette année encore, EDF est lanterne rouge du classement", conclut Greenpeace.

Le grisou: une énergie verte ? (archives JT du 26/04/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK