Fourniret relance les spéculations sur sa responsabilité dans un autre meurtre

Michel Fourniret quitte le tribunal de Charleville-Mézières en 2008
Michel Fourniret quitte le tribunal de Charleville-Mézières en 2008 - © FRANCOIS NASCIMBENI - AFP

Le tueur en série français Michel Fourniret, déjà condamné pour sept meurtres, a relancé les spéculations sur sa responsabilité dans une autre disparition, a indiqué jeudi l'avocate du père d'une victime.

Michel Fourniret, 75 ans, surnommé l'"Ogre des Ardennes", a reconnu en février avoir tué deux jeunes femmes disparues dans les années 1990, Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece, en plus des sept meurtres pour lesquels il a déjà été condamné à la perpétuité en 2008.

3 dossiers, 2 femmes

Lors d'une nouvelle audition le 2 mars, il a été interrogé sur une lettre remontant à 2007 dans laquelle il demandait à être entendu sur trois dossiers, ceux des deux jeunes femmes et celui d'Estelle Mouzin, a rapporté l'avocate d'Eric Mouzin, père de cette dernière, une fillette disparue à l'âge de 9 ans en 2003, confirmant une information du quotidien Le Parisien.

À l'époque, Fourniret souhaitait que ces dossiers soient joints aux affaires de meurtres pour lesquelles il était renvoyé devant la cour.

"Il maintient ce qu'il a dit dans sa lettre à savoir qu'il veut être jugé sur les trois dossiers, donc en ce sens, il ne nie pas. Ce sont des aveux en creux", estime Corinne Hermann, l'une des avocates du père d'Estelle, disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes, dans la banlieue de Paris, alors qu'elle rentrait de l'école.

Selon l'avocate, "la piste Fourniret n'a pas été sérieusement explorée" par la police dans cette affaire, et c'est la raison pour laquelle Eric Mouzin a demandé en juin dernier que ce service soit dessaisi de l'enquête. La cour d'appel de Paris devrait examiner le 22 mars cette demande.

Un piste déjà écartée

Depuis la disparition de la jeune Estelle Mouzin, la piste Fourniret a plusieurs fois été explorée. Mais, début 2007, la police avait mis "l'ogre des Ardennes" hors de cause dans cette affaire.

Six ans plus tard, l'expertise de milliers de poils et cheveux prélevés dans la voiture de Michel Fourniret n'avait pas permis de trouver des traces d'Estelle. L'avocat de Michel Fourniret avait alors rappelé que son client niait tout lien avec l'affaire.

Après les aveux du tueur en série concernant le meurtre des jeunes femmes, des fouilles menées mercredi pour tenter de retrouver le corps de l'une d'elles, Marie-Angèle Domece, se sont révélées infructueuses.

La père de cette jeune femme met en doute les aveux attribués à Michel Fourniret, qui avait jusque-là toujours nié son implication dans ces deux meurtres et qui a souvent dérouté la justice par sa personnalité complexe et ses déclarations énigmatiques.

Les victimes de Fourniret : "Joanna, Marie, Estelle et les autres". Extrait de l'émission Devoir d'Enquête

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK