Fortes chaleurs: comment faire pour que les températures restent supportables dans les hôpitaux?

Une nouvelle vague de chaleur est en vue, ce qui impose la vigilance pour tous et dans une série de secteurs, dont les hôpitaux. Il faut 20 degrés dans une salle d'opération, et 25 degrés dans le service prénatal : comment assurer ces températures constantes quand il y en a une dizaine de plus pendant plusieurs jours à l'extérieur?

Réponse qui tombe sous le sens : en assurant une ventilation efficace afin de rafraîchir toutes les pièces. Dans leurs équipements, les hôpitaux les plus récents ont tenu compte de la fréquence des étés chauds et les plus anciens s’y adaptent, à l’image d’Erasme à Bruxelles, inauguré il y a 42 ans. Comme il n’a pas été conçu en fonction de pointes régulières de température extérieure à plus de 30 degrés, il développe sur quatre ans un programme de rénovation des groupes de traitement d’air. Lezvelt Cangé en est le gestionnaire technique. La ventilation doit être efficace, mais aussi saine, et tous les systèmes de climatisation ne le garantissent pas: "Nous ajoutons une batterie d’eau glacée dans les groupes de pulsion pour pouvoir diminuer la température d’air qui rentre dans l’hôpital. C’est important pour éviter les diffusions de bactéries dans les locaux. Le but est donc de gagner quelques degrés sur la température extérieure et ça suffit généralement pour que les gens se sentent en meilleure condition" explique Lezvelt Cangé.

Les services les plus sensibles — chirurgie, soins intensifs, prénatalité — ont toujours bénéficié des températures adéquates, mais il s’agit ici d’une amélioration et d’une généralisation progressive du système de refroidissement dans les pièces ou chambres plus exposées. Une option classique : le recours à des tentures ou à des stores semi occultants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK