Former les professeurs avant la rentrée, un moyen d’éviter le décrochage et d’empêcher la pénurie d'enseignants

Former les professeurs peu expérimentés tout en aidant les élèves en difficulté, c’est ce que propose l’ASBL Teach For Belgium.

Au début du mois, elle a lancé son Académie d’été. Au programme : des cours de français, néerlandais, maths et sciences. Et la particularité, c’est que ces cours sont donnés par des professeurs en devenir qui ne sont pas habitués à enseigner devant une classe. 50 ont été sélectionnés pour donner cours à 400 élèves.

25% des profs arrêtent après un an. On a besoin de dispositifs d’accompagnement pour faciliter cette entrée dans le métier

Ces ateliers permettent d’accompagner les enseignants dans leur entrée dans le monde académique : "Aujourd’hui, il y a beaucoup d’enseignants qui démarrent sans titre pédagogique parce que la pénurie est forte. On a aussi un décrochage très fort, 25% des profs arrêtent après un an" indique Caroline de Cartier, la directrice de l’association. "Ils vont soit arrêter pendant l’année, soit ils vont décider de ne pas renouveler l’année d’après. On a donc un décrochage très fort, ce qui montre qu’on a besoin de dispositifs d’accompagnement pour faciliter cette entrée dans le métier."

Une opération gagnant-gagnant

Les ateliers d’été que propose Teach For Belgium sont donc l’occasion de leur offrir une première expérience et de se familiariser avec les élèves, tout en permettant à ces derniers de revoir certaines matières avant la rentrée : "Ces élèves ont besoin de revoir un certain nombre de notions et aussi de reprendre confiance en eux avant cette rentrée qui va démarrer, et les enseignants ont eux aussi besoin de prendre confiance en eux avant de démarrer dans un métier qui, on le sait, n’est pas facile".


►►► À lire aussi : Enseigner en temps de pandémie : les professeurs racontent leur vécu


Une confiance que Caroline Laurent, ingénieure de formation qui a décidé de se réorienter dans l’éducation, a déjà en partie trouvée : "Après deux semaines de théorie, on met en pratique, on essaye des choses et on essaye de faire preuve de créativité. De notre côté, l’idée, c’est qu’on prenne confiance, qu’on se sente bien, qu’on comprenne que l’enseignement est finalement une question de relation qu’on crée avec les élèves. L'enseignement est vraiment une question de relations, d'humain, et ça a permis de faire tomber beaucoup de barrières, beaucoup de stress de se retrouver face à une classe, parce qu'on se rend finalement compte qu'on sait pourquoi on le fait. Tout a du sens et ça aide à dégager énormément de ce stress."

Les enseignants seront suivis durant deux années

Mais au-delà de ces ateliers, l’association poursuit la formation de ces professeurs sur la durée : "L’Académie d’été, c’est juste une partie de cette formation préparatoire et les enseignants s’engagent pour deux ans minimums dans un parcours de formation continue et d’accompagnement" précise Caroline de Cartier. "Ce qui va se passer à partir de septembre, quand Caroline va démarrer dans son école, c’est qu’elle va avoir un coach personnalisé qui va venir la voir au moins une fois par mois, qui va lui dire ce qui se passe vraiment bien dans son cours et ce qu’elle peut encore continuer à améliorer. Elle va aussi avoir du coaching collectif avec des pairs et ils vont suivre des formations continues en fonction de leurs besoins".

Archives JT 08/01/2019: pénurie d'enseignants

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK