Forma'Rive: "par an, une vingtaine de personnes handicapées trouvent un emploi"

Kévin, 22 ans : "Maintenant que j'ai mon CDI, je ne vais pas le lâcher"
Kévin, 22 ans : "Maintenant que j'ai mon CDI, je ne vais pas le lâcher" - © Tous droits réservés

Le centre de formation Forma'Rive a inauguré ces nouveaux locaux jeudi 20 juin. Fini les bâtiments vieillissant à Jambes, place à des ateliers rénovés situés à Floreffe. Les travaux ont duré deux ans. Forma'Rive forment des adultes avec un léger handicap mental ou sortant de l'enseignant spécialisé. Grâce à cet encadrement, "chaque année une vingtaine de personnes trouvent un emploi" selon la directrice Sophie Coudou.

Kévin, 22 ans s'affaire sur son établi. Coiffé d'un casque de soudeur, barre de fer en main, il termine la structure d'un balcon en métal. Début juin, ce jeune homme a signé un contrat à durée indéterminée dans une ferronnerie de Tamines :" Je suis super content ! Au début, mes parents me taquinaient un peu. Mais maintenant que j'ai mon CDI, je ne vais pas le lâcher" explique-t-il. Sorti de l'enseignement spécialisé, Kévin n'imaginait pas trouver un emploi si facilement : "J'étais dans l'enseignement spécialisé car j'avais des problèmes pour apprendre les cours généraux. J'ai appris les bases de la ferronnerie là-bas. J'ai essayé de trouver un travail, mais je n'y arrivais pas. Du coup je me suis dirigé vers Forma'Rive" précise-t-il. Après quelques mois de formation et de CDD encadré, le patron de la ferronnerie Tamco a décidé de l'employer à temps plein: "Kévin est quelqu'un de volontaire. Il est humble. Il s'est aussi très vite intégré et cela est très important pour nous. Parfois, il est tellement motivé qu'il oublie des étapes dans son travail. Du coup, nous avons décidé de nommer deux tuteurs au sein de l'entreprise pour l'encadrer au mieux. Aujourd'hui, il est presque autonome" raconte Denis Gevers.

L'apprentissage du travail en équipe

Kévin a passé six mois chez Forma'Rive. Le cursus qu'il a suivi se compose de cours théoriques et de séances pratiques en atelier. Au total, une cinquantaine de stagiaires sont formés dans ce centre. "La formation dure plusieurs mois mais souvent, en moyenne deux ans" explique Sophie Coudou, la directrice de Forma'Rive. "Nous avons cinq types de métiers proposés : maçon, horticulteur, chauffagiste, ferronnier et ouvrier d'entretien" ajoute-t-elle. 

"Ils apprennent les bases techniques mais pas seulement" détaille Salvator Infantellino, formateur. " Ils ont des personnalités fortes. Ils ont souvent l'habitude d'être seuls alors je les fais toujours travailler en duo pour qu'ils apprennent à travailler en équipe, comme dans les entreprises" ajoute le formateur en ferronnerie. L'objectif du centre : insérer sur le marché de l'emploi des personnes qui en sont souvent exclues. "En plus des techniques pour travailler les métaux, on apprend à se concentrer. Et pour moi, c'est difficile. Alors, on a des tableaux avec les consignes pour nous aider et cela m'aide vraiment" nous raconte Vincenzo Messina, en formation en ferronnerie depuis 10 mois.-

Un chantier participatif

Les nouveaux locaux de Forma'Rive ont permis de doubler la taille de certains ateliers. "Nous avons dû faire des transformations. Et nous voulions que le chantier soit une aubaine pour nos stagiaires" explique Sophie Coudou. "Durant deux ans, ils ont aménagé les locaux et en même temps appris les techniques de leur métier presque en situation réelle" ajoute-t-elle.

Malgré ce gain d'espace, Forma'Rive ne souhaite pas accueillir plus de stagiaires : "Nous sommes dans le cadre d'une formation accompagnée et personnalisée. Les nouveaux bâtiments améliorent la qualité de notre enseignement mais nous ne voulons pas accueillir plus d'adultes dans nos sections" conclut la directrice.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK