Footgate, Football Leaks, licence de Mouscron: comment s'y retrouver entre ces scandales?

Footgate, Foot Leaks, licence de Mouscron: quelles différences entre ces affaires?
5 images
Footgate, Foot Leaks, licence de Mouscron: quelles différences entre ces affaires? - © Tous droits réservés

Les affaires de scandales dans le football s'enchaînent ces dernières semaines. Entre le footgate, les football leaks et les perquisitions autour de l'attribution de la licence à Mouscron ce mercredi matin, le football fait autant parler les spécialistes judiciaires que les sportifs. Mais au final, quelles sont ces affaires ? Y a-t-il des points communs ?

Les Football Leaks, la première des ders

"Football Leaks", avec "leaks" comme fuites. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Des millions de documents confidentiels, de contrats de joueurs, d'e-mails, de factures secrètes survenus via une bonne source dans les mains de 80 journalistes de 15 médias européens rassemblés sous la bannière du European Investigative Collaborations (EIC). Parmi ces médias, Le Soir en Belgique, Mediapart en France et Der Spiegel en Allemagne. Ces révélations sont livrées en "deux saisons", comme s'il s'agissait d'une série télévisée. La première a démarré en décembre 2016, la seconde au début du mois d'octobre 2018.

  • Quelles révélations ?

En 2016, parmi les 18.6 millions de documents analysés par les journalistes, un vaste réseau d'évasion fiscale est mis au jour. Des joueurs comme Ronaldo, Falcao, Pogba, Di Maria ainsi que l’entraîneur José Mourinho sont accusés d'avoir contourné des impôts à travers des sociétés écrans et des comptes offshores en Irlande, aux îles Vierges, au Panama, en Suisse ou au Luxembourg. Dès le début des révélations, la justice espagnole ouvre une enquête.

La deuxième saison s'ouvre le 2 novembre dernier. Le consortium de journalistes publie la façon dont le PSG et Manchester City ont contourné le fair-play financier européen avec la complicité de l'UEFA et de la FIFA. À intervalles réguliers, les journaux sortent d'autres histoires louches qui quittent le domaine de la triche financière. Ainsi, on apprend le 8 novembre 2018 que le Paris-Saint-Germain fichait ses joueurs sur des critères ethniques. À ce stade, aucune enquête judiciaire n'est ouverte concernant cette deuxième série de révélations. Des révélations qui devraient continuer à être publiées tout au long du mois de novembre.

Le Football Gate, celui qu'on n'avait pas vu venir

"L'agent de joueurs Mogi Bayat a été perquisitionné et emmené par la police", annonce une bonne source à la RTBF le matin du 10 octobre dernier sans savoir qu'au total, 44 perquisitions menées par 184 policiers sont dirigées aux quatre coins du pays et même à l'étranger. Dirigeants de club, entraîneurs, joueurs, agents de joueurs, journalistes, arbitres... Tout le football belge est concerné par cette opération "mains propres", du nom utilisé par la justice pour cette affaire. Très vite, la presse renommera ce scandale le "Football Gate". 

  • Quelles révélations ?

Cette enquête recouvre en fait deux affaires différentes. La première concerne des soupçons de blanchiment d'argent, la seconde cherche à savoir si la fin du championnat de football de première division de 2017-2018 a pu être manipulé par des agents, des joueurs, des dirigeants, des journalistes et des arbitres.

Mon client collectionne des boites vides de montres de luxe

Quand le juge d'instruction limbourgeois Joris Raskin est alerté par un rapport de l'Unité des fraudes, à la fin de l'année 2017, il est loin de s'imaginer la pelote de laine qu'il allait dérouler. Ce rapport fait état de transactions financières suspectes mises en place par deux agents de joueurs. Il s'agit de commissions (des pourcentages) touchés par les agents de joueurs pour avoir facilité le transfert d'un joueur d'un club à l'autre. Sauf que ces commissions sont souvent gonflées et cachées au fisc. C'est le premier volet de l'affaire. Les deux agents sont alors Dejan Veljkovic et Mogi Bayat dont l'avocat dira lors d'une audition pour justifier la présence de dizaines boites vides de montre de luxe dans sa cave: "Mon client collectionne les boites vides de montre de luxe".

"Il a bien compris ce qu'il avait à faire"

Au cours de l'enquête, Joris Raskin décide de placer sous écoute Dejan Veljkovic, l'un des deux agents de joueurs. Et c'est la stupéfaction. Dejan Veljkovic, cet agent de joueurs serbe dont on soupçonne à peine quelques malversations, a en fait le bras très long dans le monde du football. Au téléphone, les enquêteurs le surprennent à discuter de très nombreuses fois avec des dirigeants de clubs de Malines, de Waasland-Beveren, avec les deux meilleurs arbitres du pays, Bart Vertenten et Sébastien Delferière et même avec des journalistes.

Tout cela dans un seul but: faire en sorte que le club de Malines où l'agent a plusieurs joueurs ne soit pas rétrogradé en deuxième division. Ainsi, la veille d'un match capital arbitré par Bart Vertenten, Dejan Veljkovic assure à Thierry Steemans, dirigeant du club de Malines, que l'arbitre "sait très bien ce qu'il avait à faire". Les ramifications du Football Gate sont énormes. Actuellement, 23 personnes sont inculpées de participation à une organisation criminelle, de blanchiment d'argent et/ou de corruption. 

La licence de Mouscron, "tout le monde savait"

Quand Le Soir publie le vendredi 9 novembre, dans le cadre des FootLeaks, que le club de Mouscron est détenu par un agent de joueurs contre le règlement de la FIFA et de l'Union belge, le quotidien est loin de s'imaginer que cela mènera à des perquisitions au club hennuyer ce mercredi matin.

  • Quelles révélations ?

Le club de Mouscron a-t-il obtenu sa licence de manière régulière en 2016, 2017 et 2018 ? C'est la question qui motive cette nouvelle affaire. La licence, c'est l'équivalent du contrôle technique pour les clubs de football. Chaque année, tous les clubs professionnels de Belgique doivent disposer de leur "carte verte" pour pouvoir concourir l'année suivante. Et tant en 2016, en 2017 qu'en 2018, la licence de Mouscron a été obtenue par le chas de l'aiguille, parfois en passant par la Cour belge d'arbitrage pour le sport, après s'être vu dresser une carte rouge par l'Union belge. D'ailleurs, les trois fois, plusieurs clubs concurrents déposent plainte contre Mouscron : Westerlo, OHL, Leuven. Tous considèrent que Mouscron est dirigé par un agent de joueur, Pini Zahavi, qui a racheté le club en 2015, ce qui est interdit par le règlement belge et devrait, en principe, interdire le club d'obtenir sa licence... En principe.

La justice cherche maintenant à savoir comment Mouscron a obtenu ces licences. Une enquête est ouverte pour escroquerie, faux et usage de faux, mais aussi pour blanchiment car le club serait financé de façon illicite par des comptes offshore. Bien que surpris par les perquisitions, la réaction du monde du football est unanime : "Zahavi qui dirige Mouscron ? Tout le monde savait."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK