Foie gras, panneaux solaires… le gouvernement flamand prend des mesures, quid de la Wallonie et Bruxelles?

Foie gras, panneaux solaires… le gouvernement flamand prend des mesures, quid de la Wallonie et Bruxelles?
3 images
Foie gras, panneaux solaires… le gouvernement flamand prend des mesures, quid de la Wallonie et Bruxelles? - © Tous droits réservés

Après une réunion-marathon de plus de 20 heures ce week-end, le gouvernement flamand a trouvé un accord sur toute une série de mesures : foie gras, panneaux solaires, canettes consignées... comparez les différentes initiatives mises en place dans les trois régions du pays.

Consignes sur les canettes

  • Flandre : L'équipe de Geert Bourgeois (N-VA) est parvenue à un compromis sur l'introduction controversée d'une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique. Il s'appelle "le plan emballages". Si l’industrie n’atteint pas ses objectifs, il y aura une introduction générale de consignes sur les canettes et les bouteilles en plastique en 2023. Le CD&V voulait instaurer ce système de consignes, mais la N-VA et l’Open Vld trouvaient que ce n’était pas la solution pour lutter contre le problème de déchets clandestins.
  • Wallonie : Le projet-pilote que la Wallonie envisage dès la mi-2018 afin de lutter contre les dépôts sauvages de canettes devrait consister en une prime de retour de 5 centimes d'euro sur chaque canette rendue à une machine. "Le projet va démarrer prochainement, une vingtaine de villes wallonnes sont prêtes", explique Marie Minet, porte-parole du ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio.
  • Bruxelles : Le gouvernement bruxellois réfléchit quant à lui à son propre projet-pilote. La ministre de l'Environnement, Céline Fremault (cdH), évoque trois pistes: maintenir le système de collecte en porte-à-porte via le sac bleu, instaurer une consigne, ou adopter un système hybride "sac bleu + consigne". En réponse à une question parlementaire, la ministre a affirmé sa volonté de mettre en oeuvre un projet pilote bruxellois pour tester la consigne : "C’est, je pense, indispensable pour que je puisse me faire une opinion plus objective du système."

Stop à l’élevage d’animaux à fourrure et foie gras

Fin des chaudières à mazout à partir de 2021

  • Flandre : Le gouvernement flamand estime que le chauffage au mazout appartient au passé. C'est la raison pour laquelle une interdiction de la vente de chaudières neuves et d'occasion sera introduite dès 2021. Toute personne ayant une chaudière qui tombe en panne après 2021 devra donc chercher des alternatives : gaz ou pompe à chaleur. Le secteur réagit avec furie. Selon la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco), le gouvernement flamand met en péril 5.000 emplois.
  • Wallonie : En Wallonie, il faudra attendre 2035 avant que le gouvernement wallon interdise la vente de chaudières à mazout d’ici 2035. Actuellement, en Belgique, 30% des foyers utilisent le mazout pour se chauffer. En Wallonie, 51 % de la population se chauffe au mazout.
  • Bruxelles : Comme le gouvernement wallon, le gouvernement bruxellois a donné son feu vert en décembre 2017 au Pacte énergétique sur lequel les quatre ministres de l'Energie du pays étaient tombés d'accord, notamment sur l'interdiction de la vente de chaudière au mazout à partir de 2035.

12 millions de panneaux solaires

  • Flandre : Au cours des douze prochaines années, la Flandre veut installer 12 millions de panneaux solaires, un objectif très ambitieux. À partir de 2021, 10 000 chaudières solaires et 8 650 nouvelles pompes à chaleur devront être construites chaque année. La croissance du nombre d'éoliennes sera un peu plus faible qu'à l'heure actuelle. Par exemple, 200 éoliennes devront être ajoutées dans dix ans.
  • Wallonie : En 2017, 1.563.401 ménages avaient une installation photovoltaïque en Wallonie. En tout, 772 gigawattheures (GWh) ont été produits l’année dernière dans le sud du pays. D’après les objectifs, la production en énergie solaire devrait passer de 1.185 GWh en 2020 à 3.300 GWh en 2030. Du côté des initiatives privées, le plus grand champ de panneaux photovoltaïques de Wallonie a été inauguré en mai 2018 à Moha en province de Liège. La société Carmeuse a installé 13.200 panneaux photovoltaïques pour alimenter l'usine de sa carrière de calcaire située à deux kilomètres.
  • Bruxelles : La production d'énergie solaire dans la Région Bruxelles-Capitale s'élevait à 49 GWh en 2017. L’objectif régional est d'atteindre 91 GWh en 2020. Bruxelles Environnement a lancé en octobre 2017 une campagne de sensibilisation qui s'est déclinée en spots radio, télé et sur les réseaux sociaux. Des aides proposées et notamment le prêt vert sont élargies aux énergies renouvelables : un prêt à un taux réduit de 0 à 2 % pour aider à financer notamment des panneaux photovoltaïques.

Qualité de l’air

  • Flandre : La qualité de l’air en Flandre préoccupe depuis longtemps les responsables politiques et les citoyens. Le gouvernement flamand s’engage à presque doubler le niveau des normes d’ici 2030 en remplaçant les mesures européennes par celles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). À l’instar d’Anvers, les communes sont invitées à mettre en place des zones à basse émission.
  • Wallonie : La Wallonie se base sur les normes de l’OMS depuis longtemps. Environ deux tiers des émissions de CO2 des transports " terrestres " sont imputables au trafic. "Le gouvernement wallon investit également dans le verdissement de la flotte publique, les véhicules TEC sont remplacés graduellement par des véhicules à carburant alternatif, propres ou très propres, comme les bus hybrides", explique la porte-parole du ministre Di Antonio. En ce qui concerne l’instauration des zones à basse émission, elle assure que Liège et Namur ont marqué leur intérêt pour ce type d’initiatives.
  • Bruxelles : En juin 2016, le gouvernement bruxellois a adopté le "Plan Air Climat Energie" qui a pour objectif de répondre aux prescriptions européennes en matière de la qualité de l’air. La mesure phare de ce plan est la zone de basses émissions, appliquée depuis le 1er janvier 2018. D'autres mesures ponctuelles visant à améliorer la qualité ont été mises en palce, comme le déclenchement possible de l’arrêté " pics de pollution " toute l’année et plus uniquement du 1er novembre au 31 mars.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK