"Flygskam" : de plus en plus de Suédois sont honteux de voyager en avion

Prendre l'avion est devenu une source de gêne pour certains. En Suède, un nouveau phénomène commence à prendre de l'ampleur : le  "Flygskam". ll s'agit d'une forme de honte de prendre l'avion, qui est la conséquence des nombreux mouvements défendant le climat. De plus en plus de voyageurs optent désormais pour le train.

Apprendre à ne plus prendre l'avion et redécouvrir les joies du train. La Suédoise Susanna en est convaincue: c'est comme cela aussi qu'on sauvera la planète. Sur sa page Facebook, des personnes se recommandent des itinéraires en train depuis 5 ans déjà. Et depuis quelques mois, le nombre de membres explose : "1.500 personnes ont rejoint le groupe aujourd'hui! On a l'impression d'écrire l'histoire. C'est ça que je ressens et ça me plaît! On est arrivés à un stade où on a un réel impact".

Pression émotionnelle

En Suède, décider de prendre le train au lieu de l'avion n'est plus inhabituel, quitte à changer sa destination de vacances. "On voulait aller en Espagne mais finalement c'est un peu trop compliqué donc on va plutôt en Pologne à la place", explique une touriste. Au pays de l'activiste Greta Thunberg, certaines photos de voyages lointains sont désormais tournées en dérision.


►►► À lire aussi Comment compenser son empreinte carbone lorsqu'on voyage en avion


Comment comprendre ce nouveau mot qui a émergé de cette tendance: "Flygskam", "la honte de prendre l'avion", parce que c'est un moyen de transport trop polluant? Une ethnologue explique : "Un nouveau mot, ça dit toujours quelque chose sur le présent. Et on ressent ici une certaine pression émotionnelle relative à l'écologie. Le sens de ce mot, c'est que on devrait chacun prendre nos responsabilités et avoir honte quand on fait de mauvais choix pour l'environnement".

Dans un pays où l'on prend 5 fois plus l'avion que la moyenne mondiale, renoncer à ce type de transport implique un vrai changement de mentalité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK