Astreintes chez bpost: des bureaux en grève et des intérimaires

Astreintes chez bpost: des bureaux en grève et des intérimaires
2 images
Astreintes chez bpost: des bureaux en grève et des intérimaires - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La direction de bpost a obtenu de la justice la levée des piquets qui bloquaient les centre de tri depuis quelques jours. La distribution de courrier devait donc reprendre normalement ce mardi matin.

Pour ce faire, bpost avait recruté 43 intérimaires pour remplacer les grévistes du centre de tri de Charleroi X, dénonce ce mardi matin Luc Vanhaverbeke de la CSC Transcom. "C'est une atteinte au droit de grève", déplore Luc Vanhaverbeke. "Et c'est totalement illégal", selon le syndicat qui saisira son service juridique dans la matinée.

Bpost se justifie mais retire ses intérimaires

L'engagement d'intérimaires "afin de pouvoir résorber les conséquences dramatiques des actions disproportionnées des derniers jours n'a aucun lien avec les travailleurs actuellement en grève et ne représente en rien une remise en cause du droit de grève des employés", a affirmé l'entreprise mardi.

"Il s'agit de mesures opérationnelles d'urgence destinées d'une part à résorber la charge de travail dans des conditions supportables pour les collègues et d'autre part à rattraper le retard dans l'acheminement des courrier et paquets", a poursuivi l'entreprise qui affirme par ailleurs "continuer à plaider pour un dialogue social constructif". Bpost a finalement décidé de retirer les intérimaires.

Piquet à Charleroi

Un piquet de grève non-bloquant, les grévistes étant soumis à une astreinte de 500 euros en cas de blocage, est toujours installé devant le centre Charleroi X de Fleurus. Plusieurs facteurs sont encore en grève. Le courrier ne sera donc pas encore distribué partout.

La CSC, qui a lancé le mouvement, s'oppose à la réduction des primes le week-end qui toucherait lourdement les moins bien rémunérés parmi les facteurs.

Les bureaux de bpost en grève dans le Hainaut et en région liégeoise

Après les centres de tri de bpost, c'est donc au tour des bureaux de distribution de partir en grève, "en réaction à la décision de l'entreprise de saisir la justice pour obtenir la levée des piquets", a indiqué mardi matin André Blaise, responsable pour le secteur postal au sein de la CSC Transcom.

Sur le terrain, les bureaux de Liège A, Seraing, Herstal, Awans, Neupré et Flémalle ont débrayé en région liégeoise. Dans le Hainaut, les bureaux de La Louvière, Binche, Manage, Ath et Tournai sont fermés, ceux de Charleroi 1 et de Mons ne fonctionnant que partiellement.

"La nuit a été calme à la suite des astreintes imposées par la justice. Les camions sont sortis des centres de tri, mais, mardi matin, ce sont les distributeurs qui ont embrayé en réaction aux provocations de la direction qui, outre le fait d'avoir saisi les tribunaux, a également engagé des intérimaires pour résorber les retards liés à la grève", a pointé le responsable du syndicat chrétien. Selon ce dernier, il est possible que le mouvement s'étende à d'autres bureaux au fil de la journée.

On rappelle que le personnel de l'entreprise mène des actions de grève depuis la semaine passée pour protester contre le plan MSO qui prévoit entre autres que le travail du samedi soit assimilé à un travail de semaine, entraînant la suppression des deux heures de compensation accordées aux salariés pour le travail de week-end et leur remplacement par une prime nette annuelle de 240 euros. Ce plan devrait être avalisé jeudi au cours d'une commission paritaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK