Fête du sacrifice: rencontre avec Amine, Abdul et Ahmer

C'est aujourd'hui la fête du sacrifice, une des célébrations religieuses les plus importantes pour les Musulmans du monde entier. L'Aïd el-Kebir commémore la volonté d'Abraham de sacrifier son fils pour Dieu. Après la prière du matin, les familles ont pour tradition de sacrifier une bête, le plus souvent un mouton, sans l'étourdir au préalable. Le repas est ensuite préparé et partagé avec les proches. Rencontre avec quelques Musulmans en fête ce dimanche matin dans le quartier Malibran à Bruxelles.

"Souhaits de bonheur, de santé et de paix"

Amine tient un petit magasin alimentaire qu'il n'a pas fermé aujourd'hui, "pour moi, servir les gens aujourd'hui, c'est une façon de participer à l'Aïd", explique l'homme d'origine marocaine qui n'a pas manqué d'assister à la prière de l'Aïd dans la mosquée de son quartier. Quand un client musulman franchit le pas de sa porte aujourd'hui, il le salue dans la tradition, en lui souhaitant le bonheur, la santé et la paix. 

C'est un jour de réjouissances qui commence par la prière, après "on va chercher son mouton", poursuit Amine, "le boucher nous prépare le mouton et on l'emporte, pour le manger en famille, tous ensemble, on fait un couscous ou choua, un barbecue. On s'amuse et pour les enfants aussi, c'est une journée magnifique l'Aïd, pour connaître nos traditions". 

Une fête surtout familiale

Abdul habite, lui, en France, mais il passe l'Aïd en vacances en Belgique cette année. Il s'est spécialement apprêté ce matin, pour aller à la mosquée avec ses amis: "Ce sont des vêtements que j'avais préparés il y a plusieurs mois déjà. C'est ma famille qui me les a envoyés du pays, et c'est aujourd'hui le moment pour porter ce vêtement traditionnel afghan", explique-t-il fièrement. "Il y a l'aspect religieux mais c'est une fête très importante sur le plan social et familial, ajoute Abdul, moi j'adore vraiment cette fête, on en parle des mois à l'avance!".

Cette fête de l'Aïd, pour les Musulmans, est un peu l'équivalent du Noël chrétien. "C'est vrai qu'il y a le "petit" Aïd, pour marquer la fin du ramadan, l'Aïd el-Fitr, précise Ahmer d'origine jordanienne, mais celui-ci, l'Aïd el-Kebir, c'est la fête du sacrifice, la plus importante pour nous. C'est vraiment une journée pleine de bonheur, on est en famille, on fait des visites... C'est aussi une journée de réconciliation, on oublie les problèmes qu'on a pu avoir avec certaines personnes, et on fait au mieux".

Notez que l''Aïd tombant durant les vacances d'été cette année, beaucoup de Musulmans sont retournés le célébrer en famille dans leur pays d'origine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK