Feed the culture, l'opération solidaire destinée à distribuer des colis alimentaires aux travailleurs de la culture

Feed the culture, l'opération solidaire destinée à distribuer des colis alimentaires aux travailleurs de la culture
3 images
Feed the culture, l'opération solidaire destinée à distribuer des colis alimentaires aux travailleurs de la culture - © Tous droits réservés

C'est une initiative solidaire qui a vu le jour en région bruxelloise. Une opération créée afin d'aider les acteurs du secteur culturel, un domaine fortement impacté par la crise du coronavirus qui a ébranlé la Belgique ces derniers mois. L'idée ? Venir en aide à ceux qui font vivre la culture, l'incarnent. Comment ? En leur offrant la possibilité d'accéder à toutes ces choses qui manquent cruellement lorsque l'on se retrouve dans le besoin, nourriture et petits services. 

La peur du lendemain

Pauline Duclaud-Lacoste est l'une des instigatrices de ce projet. Avant le 13 mars, elle travaillait dans le monde de la production culturelle. Jamais, elle n'aurait imaginé organiser une épicerie solidaire pour des amis, des collègues de la culture. Pourtant la réalité l'a poussée à faire quelque chose: " Chez le jeune qui est toujours aux études ou chez celui qui est dans le milieu depuis 30 ans, le désespoir et la peur du lendemain était visible (...)vous avez des gens qui appellent pour demander du lait pour leur enfant de 18mois." 

Résultat, il y a dix jours naissait Feed the culture, l'opération destinée à distribuer gratuitement des colis alimentaires aux travailleurs des Industries Culturelles et Créatives de la région Bruxelles-capitale.

Pas de justificatif, pas de demande de papiers

Le système est simple, des invendus alimentaires sont disposés comme dans un magasin. Les invités se servent et remplissent leurs sacs de nourriture pour la semaine. Ici, pas de justificatif, pas de demande de papiers, pas de carte d'abonnement, il faut juste s'inscrire via un formulaire.

Car l'épicerie solidaire est ouverte à  tous, étudiants, techniciens, artistes, employés, freelances, artistes (avec ou sans statut), opérateur, et ce pour tous les secteurs des ICC, des arts vivants à la gastronomie en passant par l'audiovisuel, le théâtre.

Afin de mutualiser les moyens, la nourriture, les ressources et le savoir faire, un hub a été mis en place, le "Hub M". Ici aussi l'idée est d'optimiser. Ne rien jeter, tout redistribuer en partenriat avec Waste No More, Emergence-XL et le CPAS d'Ixelles.

Aider nos frères de galère

Pourquoi uniquement le secteur des ICC ? Pour envoyer un message clair en direction des pouvoirs publics sur cette population déjà extrêmement fragile avant la crise et qui va désormais tomber dans la précarité précise Pauline Duclaud-Lacoste

"Et parce que nous sommes des travailleurs de la culture qui aidons d'autres travailleurs de la culture et que nous savons comment les toucher, leur parler et ce dont ils ont besoin et comment ils souhaitent le recevoir. En fait nous aidons nos collègues, nos partenaires, nos frères et soeurs de travail et de galère"

L'espoir étant que l'initiative fasse tâche d'huile et que d'autres actions citoyennes embraye le pas.

Des citoyens qui, au même titres que les commerçants, les supermarchés peuvent apporter leur aide en faisant des dons de denrées alimentaires, de matériel ou de fonds mais également offir leur disponibilité pour les déplacements.

Une premiere distribution de colis s'est tenue aux anciennes casernes d'Etterbeek. Une première expérience solidaire pour retenir ceux qui de la précarité sont en train de glisser vers la pauvreté.  

 

Action symbolique pour le secteur culturel au Mont des Arts à Bruxelles (JT du 29/05/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK