Fédération Wallonie-Bruxelles: 1187 non-résidents tirés au sort pour suivre une formation (para)médicale

Fédération Wallonie-Bruxelles: 1187 non-résidents tirés au sort pour suivre une formation (para)médicale
Fédération Wallonie-Bruxelles: 1187 non-résidents tirés au sort pour suivre une formation (para)médicale - © Tous droits réservés

C’est une annonce que les étudiants étrangers, français essentiellement, attendent avec impatience mais aussi avec angoisse. Ils sauront dans quelques jours s’ils ont été tirés au sort et s’ils peuvent ou non entamer un cycle d’étude en Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’accès des non-résidents au premier cycle d’études de huit filières médicales et paramédicales de l’enseignement supérieur est régulé par un système de quotas. Les bacheliers universitaires en médecine vétérinaire, en kinésithérapie, en sciences psychologiques et de l’éducation orientation logopédie, en médecine et en sciences dentaires, et les bacheliers de haute école en kinésithérapie, en logopédie et en audiologie peuvent accueillir un maximum de 30% d’étudiants ne résidant pas en Belgique (20% pour les vétérinaires). Si les demandes d’inscription des non-résidents dépassent les quotas, elles sont départagées par tirage au sort. (À l’exception des filières médecine et sciences dentaires, pour lesquelles l’éventuelle sélection est effectuée en fonction des résultats à l’examen d’entrée.)

Ce lundi, les étudiants ne résidant pas en Belgique mais ayant déposé un dossier dans les filières contingentées ont donc été sélectionnés par tirage au sort, mais les résultats n’ont pas encore été publiés. La procédure était organisée par l’ARES, l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur pour les cinq universités et six hautes écoles.

1187 demandes satisfaites

Sur un total de 3943 dossiers introduits pour six filières, 1 187 demandes pouvaient être satisfaites. Pour la médecine vétérinaire par exemple, les universités francophones ont reçu 548 demandes, 111 candidats seront acceptés.

Une chance sur trois

La demande était de 2 à 5 fois plus importante que le nombre de places disponibles. A l’université de Namur, pour le cursus de médecine vétérinaire, 159 dossiers ont été déposés par des non-résidents, le quota était fixé à 38 places. Pour garantir des logements aux étudiants concernés par les quotas, le secteur social étudiants a réservé 20 places explique Vincent Bourtembourg, le responsable logement. "Ca engendre un certain stress donc nous avons décidé de réserver un quota de place. S’ils sont pris, tant mieux, et s’ils ne sont pas pris, on annule leur contrat sans frais".

Les résultats seront publiés entre le 3 et le 15 septembre, selon les filières.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK