Faut-il interdire le gavage pour produire le foie gras?

Gaver une oie, un geste qui suscite, depuis bien longtemps, la polémique. Si la Flandre, qui compte 1 seul producteur, va interdire cette pratique au plus tard en 2023, la Wallonie ne devrait pas être concernée par cette mesure. C'est en tout cas l'avis d'un des plus grands producteurs wallons de foie gras.

"Il faut savoir que le foie gras en Belgique est fort apprécié surtout en Wallonie. Les Belges sont les deuxièmes consommateurs au monde, par habitant. Donc ce serait dommage de ne pas pouvoir produire du foie gras en Belgique et d'être obligé d'importer du foie gras français, qui n'a aucune inquiétude à avoir puisqu'il a été reconnu au niveau du patrimoine mondial de l'UNESCO", défend Thibaut Petit, producteur de foie gras.

5 pays de l'Union n'ont pas interdit cette pratique

L'interdiction du gavage en Flandre a fait réagir GAIA, l'association de protection des animaux. Pour son responsable, la Wallonie est un vilain petit canard et contraint la Belgique à faire partie des 5 pays de l'Union Européenne qui n'ont pas interdit cette pratique.   

"Dans la grande majorité des Etats membres de l'Union européenne, le gavage pour la production de foie gras est interdit et donc c'est un argument assez solide pour que la Wallonie suive cet exemple. Il faut savoir que ces pays ont compris que le gavage est une méthode cruelle, incompatible avec le bien-être animal", explique Michel Vandenbosch, le président de GAIA.

Mais pour Thibaut Petit, cet argument est loin de tenir la route: "Il faut savoir qu'il n'y a vraiment que 5 pays producteurs en Europe, les autres ne produisaient rien avant, ou très très peu. Donc, le fait d'interdire le gavage chez eux n'impactait pas vraiment grand-chose".

En Wallonie, 9 entreprises produisent du foie gras. Toutes sont convaincues du côté inoffensif du gavage. Considérée comme de la maltraitance animale par d'autres, cette technique n'a pas fini de faire parler d'elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK