Faut-il changer les règles d'accord du participe passé? "La règle traditionnelle a une certaine absurdité"

Et si on réformait les règles d'accord du participe passé ? C'est l'idée portée par Arnaud Hoedt et Jérôme Piron. Dans leur spectacle "La Convivialité", ces deux anciens professeurs de français proposent de remettre en question les dogmes de l'orthographe. "La Fédération Wallonie-Bruxelles, en accord avec ses instances linguistiques, envisage sérieusement d’instaurer l’invariabilité du participe passé avec l’auxiliaire avoir", écrivent-ils dans une tribune publiée par le journal français Libération ce lundi. Ils étaient ce lundi matin les invités de La Première pour en parler.

Pourquoi voulez-vous changer cette règle de l'accord du participe passé ? Est-ce que vous avez pensé à tous ceux qui ont sué des heures et des heures pour l'apprendre?

Arnaud Hoedt : À la base, la volonté de changer cette règle vient d'abord de la communauté scientifique et des gens qui étudient la langue depuis pas mal d'années et qui ont constaté au fil de son histoire qu'effectivement cet accord était artificiel, qu'il renvoyait à des réalités qui avaient changé par rapport à l'époque où il avait été fixé, c'est-à-dire au 16e siècle environ. C'est Clément Marot qui popularise cet accord avec, dans son sillage, Vaugelas, qui va en faire une gloire. Globalement, quand on a appris que cette communauté scientifique était relativement unanime sur cette question du participe passé avec avoir, on s'est dit qu'on allait profiter de la visibilité que le spectacle avait reçue pour pouvoir populariser les réformes qui paraissent les plus logiques.

Ça veut dire que les linguistes sont d'accord depuis longtemps, mais qu'il a fallu ou qu'il faut un spectacle, il faut de l'art pour que ça puisse transpirer au sein de l'opinion publique?

Jérôme Piron : Oui, tout à fait. Si vous regardez un peu ce qui s'est passé par exemple avec la précédente réforme sur les plateaux télé en France et en Belgique, on voyait principalement des écrivains, etc., mais on a peu vu de linguistes. Je trouve qu'il y a une vraie carence de communication sur ces recherches auprès du grand public. Ce n'était pas notre intention de base, mais c'est vraiment une des conséquences du spectacle, c'est d'avoir remis un peu les linguistes à l'avant de la scène en ce qui concerne la réflexion sur la langue et l'orthographe en particulier.

Comment fait-on pour relancer une réforme de l'orthographe? Est-ce qu'il y a une instance qui existe et qui dit : "À partir d'aujourd'hui, on va arrêter d'accorder le participe passé avec l'auxiliaire avoir, on va suivre la nouvelle règle"?

Arnaud Hoedt : Légalement, il n'y a pas d'instance officielle, c'est-à-dire que l'Académie française est une fausse référence qu'il faut s'empresser, avec énergie d'ailleurs, de disqualifier puisqu'elle n'est pas composée de scientifiques de la langue. Et bien qu'elle se revendique à longueur de temps de l'usage, elle ne l'étudie pas, donc a priori on ne peut pas lui faire confiance par rapport à ces questions qui sont avant tout des questions techniques, des questions d'orthographe. Il existe des conseils. Il y a le Conseil international de la langue française et il y a le Conseil de la langue française de Belgique et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, donc des politiques linguistiques de la fédération. Il y a d'autres conseils dans d'autres pays et tous ces conseils sont composés de spécialistes, de linguistes, et proposent (j'insiste sur le mot "propose") des modifications. Le véritable greffier, le véritable décideur dans ces questions-là, c'est l'usage.

Pourrait-on enseigner cette nouvelle règle dans les écoles dès aujourd'hui?

Tout à fait, on peut l'enseigner et on peut surtout — et c'est très important de le signaler — comme dans toutes les réformes orthographiques, arrêter de le sanctionner, parce qu'il n'est pas grammaticalement incorrect. C'est ça qu'il est très important de signaler. Quand on fait une réforme de l'orthographe dans toutes les langues du monde, on n'impose pas les nouvelles formes aux gens qui en avaient déjà une, parce que c'est difficile de changer d'orthographe et on le comprend très bien. Par contre, on encourage d'enseigner les nouvelles formes à ceux qui n'ont pas encore d'orthographe, et surtout on dépénalise les formes nouvelles qui peuvent du coup circuler et remplacer les anciennes.

Est-ce que ce n'est pas une forme de nivellement par le bas? On se rend compte qu'une règle est trop compliquée, alors on l'abandonne et on simplifie.

Jérôme Piron : On utilise le mot "simplifier", qui est un mot qui a une sorte de connotation, c'est comme si on appauvrissait. En fait, la simplification est la conséquence de cette réforme, et non la cause, parce que cet accord, donc l'invariabilité du participe passé avec avoir, n'est pas une erreur grammaticale. En fait, c'est la règle traditionnelle d'accorder avant et pas après qui a une certaine absurdité. (...) Si vous écoutez autour de vous, il y a de moins en moins de gens qui accordent à l'oral ce participe passé, et ils ont raison parce que ça suit la logique de la langue. Il y aurait donc, d'après nous, une forme d'injustice à sanctionner quelque chose que toute la communauté scientifique déclare comme grammaticalement correct. Ce n'est pas une simplification, c'est une amélioration.

Finalement, quel est le principal frein à ce que cette réforme soit réellement lancée et puisse passer dans l'usage? C'est l'opinion publique, ce sont les gens qui finalement sont les plus conservateurs dans l'usage de la langue et dans l'orthographe aujourd'hui?

Jérôme Piron : Il faut informer et expliquer que ce n'est pas une faute. Il y a des choses dans l'orthographe que si vous vous trompez de lettre, on risque de mal vous comprendre. Ici, on vous comprend parfaitement si vous ne faites pas cet accord. C'est grammaticalement correct.

Arnaud Hoedt : C'est ça, il n'y a pas de perte de sens et je pense qu'un des freins principaux à cette question est l'ancrage culturel de l'orthographe en général et la confusion qui reste encore assez présente entre la langue et l'orthographe chez les gens. On pense que si on modifie l'orthographe, on va modifier la langue, alors que pour le participe passé, ce n'est pas le cas.

Vous nous rappelez donc cette fameuse nouvelle règle que vous appelez de vos vœux?

Jérôme Piron : Oui, on peut la résumer encore plus simplement. Le participe passé employé avec l'auxiliaire avoir est invariable. Avec être, il s'accorde avec le mot auquel il se rapporte. Comme un adjectif, comme aujourd'hui. C'est déjà le cas. "Elles sont arrivées" s'accorde comme "elles sont jolies".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK