Faut-il arrêter le sucre pour protéger notre cœur ?

Cette semaine se tenait la 40ème édition de la Semaine du Cœur organisée par la Ligue cardiologique belge. Créée en 1968, cette Ligue cherche à sensibiliser sur les maladies cardiovasculaires qui restent l’une des premières causes de mortalité dans notre pays. 

Cette année, toutes les forces ont été concentrées contre un seul et même ennemi pour notre cœur...le sucre ajouté omniprésent dans notre alimentation quotidienne. 

Car manger trop de sucre est dangereux pour notre santé : “ L’excès de graisses et de sucre amène à l’obésité qui elle-même favorise le diabète et l’hypertension.”, explique Jean-Luc Vandenbossche, cardiologue et membre du comité scientifique de la Ligue cardiologique, “Ce sont les facteurs principaux – avec la cigarette et le cholestérol - qui aboutissent au rétrécissement des artères. Ces dernières peuvent alors se boucher et donner lieu aux accidents cardiovasculaires.” Un diabétique sur 2 meurt ainsi de maladies cardiovasculaires.

Estimer son risque cardio-vasculaire

Environ 1 Belge sur 12 est diabétique, et près de 30% d’entre eux ne sont pas diagnostiqués. Le médecin de famille reste le premier contact pour guider le patient vers d’autres spécialistes, dont un cardiologue. “Si les artères du cœur sont rétrécies, cela se manifeste par une sorte de gêne, de douleur, de pression dans le thorax, en particulier lors d’un effort physique comme monter des marches.” 

Par ailleurs, chacun doit rester vigilant et tenir compte de plusieurs facteurs à risque pour son cœur : l’âge, le fait de fumer, le taux de cholestérol, la tension artérielle et la présence éventuelle d’un diabète. Avec ces éléments, on peut déterminer si on est à haut risque, voir à très haut risque. “Dans ce cas-là, alors il faut consulter et prendre des mesures de protection comme des médicaments.”

Le sucre est partout

Le sucre est présent dans de nombreux produits vendus dans les supermarchés. “ Même si le goût sucré n’apparaît pas ou si les aliments sont à première vue salés, on retrouve toutefois du sucre dans la nourriture industrielle, et en particulier dans les plats préparés. 

La Ligue attire surtout notre attention sur les sucres rapides et ajoutés pour augmenter par exemple la saveur sucrée des aliments : le sucre ordinaire (en morceaux ou en poudre), le miel ou les sirops. A ne pas confondre donc avec les sucres lents “ Ces sucres – bons pour notre santé - sont les sources énergétiques dont nous avons besoin pour fonctionner.”

La modération est la clé

Les médecins de la Ligue conseillent ainsi de réduire notre consommation de sucre à près de 50%. “ On recommande de ne pas dépasser 50g de sucres ajoutés par jour pour un adulte.” Un autre conseil, c’est bien évidemment de se dépenser. “Outre la réduction des apports alimentaires, il faut augmenter les dépenses caloriques. Quand on fait l’exercice, on brûle des calories et des graisses. 

Les médecins recommandent de manger de tout, mais toujours avec modération. “Les douceurs ne sont pas interdites, certainement pas !” Nous voilà donc rassurés.

Retrouvez la Semaine Viva de Régine Dubois et de Christophe Grandjean chaque samedi entre 13h et 14h sur Vivacité. Toutes les séquences de l'émission peuvent être réécoutées sur Auvio. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK