Farid Bamouhammad mis sous mandat d'arrêt pour séquestration

Samedi, Farid Bamouhammad -surnommé "farid le fou"- s'était rendu chez une amie à Flémalle, en région liégeoise où il s'est retranché.
2 images
Samedi, Farid Bamouhammad -surnommé "farid le fou"- s'était rendu chez une amie à Flémalle, en région liégeoise où il s'est retranché. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Un juge d'instruction a mis sous mandat d'arrêt Farid Bamouhammad, pour séquestration.

En cause: une plainte de sa compagne pour des faits qui se sont déroulés vendredi soir en région carolorégienne. Samedi, Farid Bamouhammad s'était rendu chez une amie à Flémalle, en région liégeoise où il s'est retranché.

C'est là qu'il s'est fait arrêté par la police locale et un escadron des forces spéciales. Son interpellation a eu lieu dans le calme.

Aujourd'hui, il est à nouveau sous les verrous. La chambre du conseil devra examiner dans les cinq jours son maintien ou non en détention. En liberté conditionnelle, le tribunal d'application des peines pourrait revoir dès lors sa décision de libération accordée depuis décembre 2014.

Scène de ménage

Vendredi soir, une scène de ménage a opposé Farid Bamouhammad à sa compagne dans la région de Fleurus. Selon le parquet de Charleroi, aucun coup ne semble avoir été donné par l'intéressé, il aurait par contre proféré des menaces avant de quitter les lieux.

Recherché par les forces de l'ordre, il a été localisé samedi à Mons-lez-Liège. Un périmètre de sécurité a été instauré et d'importants moyens ont été déployés. Un match de football a été interrompu et les riverains ont été priés de rester confinés. Finalement, Farid Bamouhammad s'est laissé interpeller par la police sans opposer de résistance.

Il a été ramené à Charleroi et déféré devant le magistrat de garde. Selon le procureur du Roi, Pierre Magnien, l'affaire a été mise à l'instruction du chef, notamment, de menaces. 

Lourd passé

Ce Français de 48 ans traîne un lourd passé judiciaire derrière lui, cumulant notamment les condamnations en Belgique pour meurtre et tentatives de meurtre en 1997, prise d'otages, menaces et séquestration en 2002 et 2007. Il a passé près de 30 ans en prison.

En avril 2015, le tribunal de l'application des peines de Bruxelles lui avait accordé une libération provisoire sous conditions pour raisons médicales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK