Famille musulmane tuée dans une attaque terroriste : des milliers de Canadiens se recueillent

Une foule de plusieurs milliers de personnes s’est rassemblée mardi soir à London, en Ontario, pour une veillée funèbre en hommage à quatre membres d’une famille musulmane fauchés par un conducteur, un acte qualifié de "terroriste" par le Premier ministre Justin Trudeau et qui a relancé le débat sur la montée des violences anti-musulmans dans ce pays longtemps réputé tolérant et ouvert.

Par une soirée chaude d’été, des milliers de personnes, de toutes origines et de toutes religions, se sont recueillies à l’extérieur de la principale mosquée de cette ville du sud de l’Ontario, où le drame a provoqué émotion et colère au sein de la communauté musulmane, et un élan de solidarité dans la population en général.

Des représentants de la communauté musulmane ont lancé un appel à l’action contre la "haine" et "l’islamophobie", un message repris à l’unisson par les chefs des cinq partis politiques représentés à la Chambre des Communes d’Ottawa, tous présents à la cérémonie.

"Vous n’êtes pas seuls, tous les Canadiens sont en deuil avec vous et sont à vos côtés ce soir", a dit le Premier ministre Justin Trudeau, qui a déposé un gerbe de fleurs à l’entrée de la mosquée.

Plus tôt, dans un discours devant la Chambre des Communes, Justin Trudeau avait assuré que "cette tuerie n’était pas un accident. C’était une attaque terroriste, motivée par la haine, au cœur de l’une de nos communautés".

L’auteur de l’attaque, arrêté peu après les faits, avait foncé dimanche soir sur une famille qui attendait de traverser à un carrefour, faisant quatre morts et un blessé grave, un enfant de neuf ans, aujourd’hui orphelin. L’homme, qui doit comparaître devant un juge jeudi, a été inculpé de meurtres avec préméditation.

"Ils ont tous été visés en raison de leur foi musulmane", a souligné Justin Trudeau. "Ça se passe ici, au Canada, et ça doit cesser", a-t-il ajouté.

 

Images du 8 juin 2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK