Facultés de médecine en grève: quel impact sur le service des urgences?

Facultés de médecine en grève : il manque toujours des numéros INAMI
Facultés de médecine en grève : il manque toujours des numéros INAMI - © RTBF Journal Télévisé

Toutes les facultés de médecine sont en grève aujourd’hui. Les étudiants en dernière année de médecine de l’UCL, l’ULB et l’ULg ne se rendront pas sur le lieu de stage. Ils protestent toujours contre le manque de numéro INAMI. Le Docteur Philippe Meert, chef du service des urgences des Cliniques Universitaires Saint Luc, ne s’inquiète pas trop quant à l’impact de ce mouvement sur le fonctionnement de son service puisque, dit-il, "le stagiaire est là pour apprendre".

"Il est là pour être accompagné et encadré et pas pour faire tourner le service même si bien évidemment sa collaboration est précieuse. Il met de l’huile dans les rouages, il est peut-être un peu plus disponible aussi sur le plan du contact humain. C’est un chainon important dans le service mais il n’est pas indispensable sinon pour sa formation", continue le Docteur Philippe Meert.

Le fonctionnement du service d’urgence ne sera pas, en soi, fondamentalement perturbé. Il y aura un petit peu moins de souplesse dans les prises en charge, des problèmes administratifs, participation à certaines procédures simples. " ca va modifier la quantité de travail pour les médecins qui sont présents. "

Les médecins devront donc travailler davantage. Aux Cliniques Universitaires Saint-Luc, il faudra se passer d’une vingtaine de stagiaires. Pas question pour autant de critiquer cette action de mobilisation. Le Docteur Philippe Meert, chef du service des urgences, soutient néanmoins ses stagiaires parce que " les cadastres l’ont bien montré, il y a des spécialités qui sont en souffrance, parce que nous n’avons pas les médecins spécialistes dont nous avons besoin. Il manque 600 à 800 urgentistes en Belgique et si on veut fonctionner de façon optimale, c’est probablement là où on en a besoin. Je pense effectivement que nous allons dans le mur au point de vue encadrement médical dans ce pays. "

Anne-Sophie Bruyndonckx

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK