F-35: un avion inapte au combat selon un rapport indépendant américain

C’est une information du Vif l’Express. Un rapport révèle que les F-35, les futurs avions de chasse de l’armée belge, présentent de nombreuses défaillances. Ils seraient inaptes au combat et pourraient mettre en danger les pilotes. Pour rappel, le gouvernement Michel a acheté 34 avions F-35 pour la somme de 4 milliards d’euros. Les appareils devraient être livrés en 2025 mais cette annonce risque de faire des remous.

Le rapport signé par POGO, un groupe de recherche indépendant basé à Washington (dont le contenu détaillé est à retrouver en cliquant ici) a été livré au secrétaire américain à la Défense. Selon ce rapport de 14 pages, il y a un grand nombre de manquements. L’appareil ne répond pas aux normes opérationnelles et ne réussit pas les tests de durabilité.

L’étude révèle que des fissures apparaissent sur l’avion. La promesse de Lockheed Martin d’atteindre une durée de vie de 8000 heures de vol par appareil, n’est pas possible. De plus, le système informatique peut facilement être piraté. Les données récoltées et enregistrées par le système ne sont pas fiables. Cela peut mener à des fausses instructions données au pilote. Le logiciel en est déjà à sa 27e version et pourtant, ça ne fonctionne toujours pas. Bref, le développement des F-35 a pris un retard de 10 ans et coûte 200 milliards de plus que prévu.

Manque de précision des missiles

Autre problème sur le F-35 encore soulevé : la précision des missiles tirés est loin d’être assurée. Quand le pilote se base sur les informations qui sont projetées sur son casque, le missile va systématiquement trop à droite de l’objectif. Cela peut engendrer des problèmes dans les situations de combat et cela peut augmenter le risque de toucher les troupes au sol au lieu de toucher l’ennemi.

Depuis le début de la phase de test, 941 manquements ont été répertoriés sur le F35. Une centaine de manquements de catégorie 1. Cela signifie que la vie de l’utilisateur est mise en danger. Il y aurait aussi des manquements qui auraient été masqués ou étouffés. Mais le plus grave reste que l’avion n’est pas opérationnel. Dans le jargon militaire, on parle de « fully mission capable ». En un an, l’appareil est passé d’un taux de fiabilité de 23% à 12,9. Ce taux indique si l’appareil est prêt à l’emploi ou non. Le rapport ne précise pas, par ailleurs, combien d’appareil sont prêts à l’emploi.

Selon Bruno Hellendorf, chercheur en politique défense au Grip (Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité), "il ne faut ni être alarmiste ni angélique, c'est-à-dire que le F-35 connait énormément de difficultés, c'est inscrit dans son ADN en quelque sorte parce qu'il doit tout faire. Donc si on doit tout faire, généralement, on ne fait rien de très bien. Cela dit le F-35 apporte véritablement des innovations particulières sur le champ de bataille. C'est une révolution à plusieurs points de vue, notamment au niveau de la fusion des données, il faut le reconnaître. Mais donc la question, c'est dans quelle mesure et quand cet avion et les systèmes de combat qu'il emporte seront matures et prêts au combat donc ça, ça reste une question plutôt qu'une carte rouge ".

Soir première 25/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK