Extinction des dinosaures: pas un astéroïde, mais le climat ?

RTBF
RTBF - © RTBF

L'extinction des dinosaures il y a 65 millions d'années ne saurait s'expliquer par le seul impact d'un astéroïde sur la terre mais est le résultat d'un long processus de dérèglement climatique, selon les résultats d'une étude dévoilés vendredi par un paléontologue allemand.

Cet astéroïde n'a été "que le dernier élément catastrophique" après "au moins 500 000 ans de fluctuations massives du climat" qui ont considérablement affaibli l'écosystème, a déclaré à l'AFP le chercheur Michael Prauss (Université libre de Berlin).

Début mars dans la revue américaine Science, un groupe de scientifiques avait attribué la disparition de l'espèce à un gigantesque astéroïde, large d'environ 15 km et puissant comme un milliard de bombes atomiques, qui s'est abattu sur Chicxulub dans la province actuelle du Yucatan (Mexique).

"Contrairement à la publication dans Science, qui n'a rien fait d'autre que de rassembler des éléments déjà connus, mon travail se base sur de nouvelles données, sur des aspects non connus jusqu'alors, qui permettent de reconsidérer le tout sous un jour nouveau", a souligné Michael Prauss.

Depuis 2005, il a travaillé avec une équipe internationale d'une demi-douzaine de scientifiques dans le cadre d'un projet de l'agence nationale allemande pour la recherche (DFG). Ils ont analysé des roches et des carottes provenant d'un forage de 25 mètres de profondeur dans le Texas, aux Etats-Unis, à 1000 km au nord-ouest du cratère de l'astéroïde.

Les travaux ont permis de démontrer l'existence, bien avant la collision de l'astéroïde, de considérables bouleversements climatiques "probablement provoqués par l'activité volcanique du Deccan qui a sévi pendant plusieurs millions d'années" près de l'Inde actuelle, souligne un communiqué de l'Université libre de Berlin.

Selon Michael Prauss, "le stress climatique de longue durée qui en a découlé, auquel l'impact de la météorite a bien entendu contribué en fin de compte, explique fondamentalement la crise de la biosphère et l'extinction massive" du Crétacé-Tertiaire (KT), qui a décimé plus de la moitié des espèces de la planète.

L'événement a constitué un tournant majeur parce qu'il a permis aux mammifères, et donc à l'homme, de devenir l'espèce dominante sur Terre.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK