Wetteren: "Les mesures effectuées dans les égouts vont dans le bon sens"

Wetteren: "Les mesures effectuées dans les égouts vont dans le bon sens"
6 images
Wetteren: "Les mesures effectuées dans les égouts vont dans le bon sens" - © Tous droits réservés

Le nettoyage des égouts afin d'éliminer les résidus de produits nocifs a porté ses fruits. "Les mesures effectuées vont dans le bon sens", a indiqué lundi matin le centre de crise. Le retour accompagné des riverains évacués à Wetteren devrait commencer dans le courant de la journée.

Des mesures seront effectuées dans chaque maison avant le retour des habitants.

Cependant, dimanche le gouverneur de la province de Flandre orientale, Jan Briers, indiquait que de nouvelles évacuations de riverains pourraient être menées à Wetteren à l'occasion des travaux de déblaiement des voies où s'est produit l'accident ferroviaire. Le trafic ferroviaire sera perturbé lourdement durant une semaine.

Ainsi de nouvelles évacuations temporaires de riverains pourraient être conduites durant ces travaux. "Ceux-ci débuteront au plus tôt mercredi ou jeudi", a indiqué Jan Briers. "Si cela doit se produire, nous tiendrons compte des riverains en agissant au moment où les gens ne sont pas chez eux, entre 9 et 17h00. De la sorte, nous espérons déranger un minimum de personnes".

Une équipe de spécialistes a extrait dimanche après-midi la boîte noire de la locomotive du train de marchandises accidenté à Wetteren. Elle constitue un élément important dans le cadre de l'enquête en vue de déterminer la cause de la catastrophe, a indiqué dimanche soir Thomas Baeken du gestionnaire du réseau Infrabel.

 

49 blessés dont deux graves

Quarante-neuf personnes ont été admises à l'hôpital après l'accident. Deux d'entre elles sont toujours aux soins intensifs. Six membres des services de secours ont aussi été emmenés à l'hôpital par précaution.

La victime décédée a été emmenée dans un hôpital à Alost. Les premiers résultats de l'autopsie montrent que l'homme a été fortement intoxiqué, a déclaré Jan Briers. "Lundi, il sera transféré vers l'hôpital d'Anvers, où une deuxième autopsie sera pratiquée."

Les 500 riverains évacués ne peuvent pas encore rentrer chez eux. Des émanations de gaz toxique ont encore été détectées dans les égouts. Il y a donc toujours un risque pour la santé.

Le gouverneur de Flandre orientale, Jan Briers, ne veut pas précipiter les choses même s'il affirme qu'il y a beaucoup moins d'émanations toxiques que samedi midi : "Cela diminue chaque minute, je dirais, mais il y a encore des problèmes à certains endroits"

Le bilan est désormais établi à un mort et 49 blessés dont deux graves. 

Quelles conséquences environnementales ? 

Autre inconnue : les conséquences de cette catastrophe sur l'environnement.

L'eau qui a servi a éteindre l'incendie a emporté avec elle une partie du produit. Il s'est retrouvé dans les canalisations qui, à leur tour, ont été rincées.

Ces eaux polluées se trouvent encore dans les égouts, elles s'accumulent maintenant dans les bassins des stations d'épuration et il faut absolument les évacuer. 

S'il était prévu qu'un bateau les récupère pour les traiter aux Pays-Bas, il n'est pas encore arrivé. 

"On a commandé un bateau qui vient d'Amsterdam, en Hollande. Dans ce bateau on a des citernes que l'on peut remplir avec un contenu de 2000 m3 d'eau polluée. En attente du bateau, les bassins sont complètement remplis. Donc il faut que l'on évacue de l'eau et on va en évacuer dans l'Escaut", nous a confirmé le commandant des pompiers de Gand.

Tout cela est fait sous contrôle, nous assure-t-on, avec des mesures prises régulièrement. Mais la pêche et les sports nautiques sont tout de même interdits sur l'Escaut entre Melle et Dendermonde. Circuler en vélo et se promener est également temporairement interdit sur une partie de la digue de l'Escaut.

La province de Flandre orientale recommande aux habitants de ne pas utiliser l'eau de leurs puits. L'eau de distribution courante est, elle, sans danger.

Néanmoins, pour éviter de mettre davantage le système de collecte et de traitement des eaux usées sous pression, les autorités locales invitent les riverains à limiter au minimum leur utilisation d'eau.

Enfin, les autorités ont également demandé aux habitants de Wetteren, Serskamp et Schellebelle de ne plus consommer leurs fruits et légumes du jardin, et de ne pas laisser sortir leurs animaux. 

La vitesse en cause ? 

Ce dimanche, on ne connaît pas encore les causes de l'accident. Le chauffeur a toutefois reconnu qu'il roulait plus vite que la vitesse autorisée. Selon certaines sources, le chauffeur roulait à 80 km/h au lieu de 40, à un endroit où il y a des travaux. Mais l’enquête devra le confirmer. Il faut également voir si d'autres facteurs ont aussi pu jouer.

Que faire des animaux qui ont dû être abandonnés par les riverains lors de l'évacuation ?

La province de Flandre orientale cherche également des solutions pour les animaux qui ont dû être abandonnés par les riverains lors de l'évacuation, a indiqué dimanche le service de presse de la province.

Il est demandé aux personnes qui ont dû quitter leur domicile en abandonnant leurs animaux de prendre contact via le numéro 052/43.24.43 afin de fournir leurs coordonnées et de stipuler l'animal recherché. Une liste des animaux sera établie et des solutions seront cherchées.

La SNCB ouvre un numéro d'information pour les voyageurs

La SNCB a ouvert un numéro d'information pour répondre aux questions des voyageurs, à la suite de l'accident de train à Wetteren. Il s'agit du 02/528.28.28. Des affiches informatives ont également été placardées dans les gares. Le site de la SNCB a été adapté, indiquent la société des chemins de fer et la province de Flandre orientale dimanche midi.

"Vu l'accident survenu sur la ligne 50 dans la nuit de vendredi à samedi, la SNCB a adapté ses services et a prévu des alternatives pour amener ses voyageurs à destination", explique Bart Crols, porte-parole de la SNCB.

Le train IR entre Courtrai et Louvain ne roule qu'entre Courtrai et Gand-Saint-Pierre et entre Termonde et Louvain. Une navette de bus est organisée entre Termonde et Gand. Le même scénario prévaut pour les trains L Bruges-Malines.

Certains trains ne s'arrêteront pas non plus dans des gares intermédiaires, comme Wetteren, Lede et Alost.

RTBF avec Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK