Explosion de la fusée Antares: deux expériences belges partent en fumée

Explosion de la fusée transportant une capsule non habitée vers l'ISS
2 images
Explosion de la fusée transportant une capsule non habitée vers l'ISS - © STEVE ALEXANDER - BELGAIMAGE

La fusée Antares de la société américaine Orbital Sciences transportant la capsule non habitée Cygnus à destination de la Station spatiale internationale (ISS) a explosé peu après son lancement mardi, selon les images en direct de la télévision de la Nasa. Elle emportait dans sa soute deux expériences de la société belge QinetiQ Space de Kruibeke.

"L'explosion s'est produite peu après le lancement", a dit un commentateur de la télévision de la Nasa qui retransmettait en direct les image du tir depuis le centre spatial de Wallops sur la côte de Virginie.

Sur les images, on voit la fusée s'enflammer quelques secondes après son lancement et retomber sur son pas de tir dans une explosion qui projette une boule de feu dans le ciel.

"Nous avons perdu le lanceur Orb3", a ajouté le commentateur, précisant qu'"il semblerait qu'à ce stade la destruction soit limitée au pas de tir".

"Il n'y a aucune indication que le personnel de la base ait été en danger bien qu'il y ait d'importants dégâts matériels", a poursuivi le commentateur.

Il s'agissait du premier lancement de nuit pour la fusée Antares, selon Orbital, et de la troisième mission d'approvisionnement de Cygnus vers l'ISS.

Cygnus devait livrer 2,2 tonnes de produits alimentaires et de matériel pour des expériences scientifiques à l'ISS.

Le lancement avait été reporté de 24 heures lundi en raison de la présence d'un navire au large, dans l'Atlantique, à l'intérieur du périmètre de sécurité du lancement. Peu de temps après l'accident, l'agence spatiale russe a indiqué être prête à ravitailler en urgence la Station spatiale internationale (ISS) si la NASA le demande.

Deux expériences belges réduites à néant

La fusée emportait notamment deux expériences belges. La première visait à étudier comment les astronautes s’adaptent à la disparition de la force de gravité. La seconde portait sur l’étude des propriétés des fluides dans l'Espace.

Pour Bart Desoete, de la société QinetiQ basée à Kruibeke près d'Anvers, ce sont deux années de travail qui ont explosé en même temps que la fusée Antares. "Je regardais la télé de la NASA hier soir, confie-t-il. Les collègues aussi. Les gens ne se sentent pas très bien, c'est très bizarre de voir la fusée exploser comme ça."

L'équipe est d’autant plus déçue qu’elle avait travaillé d’arrache-pied pour respecter son calendrier. La société est maintenant en contact avec l'Agence spatiale européenne pour savoir quand le matériel pourra repartir. "On n'a pas encore d'informations exactes. Il faudra voir avec les spécialistes qui vont étudier ça."

Aucune perte financière n'est toutefois à déplorer pour la société. Mais, pour l'équipe qui a mené les projets, l'impact est énorme.

Natacha Stragier et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK