Bilan de l'explosion à Anvers: deux morts et 14 blessés

Ce mardi, les services de secours ont découvert deux morts dans les décombres du bâtiment. On déplore aussi quatorze blessés dont un dans un état critique. C'est le bilan, ce mardi matin, de l'explosion survenue lundi soir dans le centre d'Anvers. Selon notre journaliste sur place, il n'est pas exclu qu'une troisième victime soit encore sous les décombres. Mais à 13 heures, les grues présentes sur place ont totalement détruit les restes du bâtiment explosé. Ce qui met sans doute un terme aux recherches d’éventuelles autres victimes.

Un expert en incendie a pu débuter une enquête sur la cause de l'explosion, a fait savoir le parquet d'Anvers ce mardi. "Les premières constatations semblent indiquer une explosion au gaz, mais nous ne pouvons pas encore avoir de certitudes". Le parquet affirme que toutes les pistes sont envisagées et que rien ne peut être exclu à l'heure actuelle.

Concernant les victimes, il s'agit de deux hommes: un jeune homme afghan de 26 ans en situation illégale dans notre pays, et un Belge de 39 ans.

Un bâtiment du quartier étudiant de la ville a littéralement été soufflé par une explosion. Les appartements détruits n'étaient toutefois pas habités par des étudiants, mais par des adultes. C'est probablement une fuite de gaz qui serait à l'origine de l'accident. Des témoins disent avoir senti des odeurs de gaz peu avant l'explosion. La piste terroriste a rapidement été écartée. Peu avant 11h, la protection civile travaillait toujours à la stabilisation  du bâtiment. Un périmètre de sécurité est maintenu.

A 13H30, le roi et le Premier ministre se sont rendus sur place.

Consolidations des bâtiments environnants

Les réparations d'urgence ont débuté dans les bâtiments qui n'ont pas été détruits, pour que les résidents puissent rentrer chez eux le plus rapidement possible. Selon les pompiers d'Anvers, certains murs des immeubles détruits présentaient encore ce mardi matin, des risques d'effondrement. D'autres habitations ont subi d'importants dégâts mais il n'y a pas de risques de destruction.

Il est à peu près 22h quand cette une explosion souffle un bâtiment situé au Paardenmarkt. Très vite les secours se rendent sur place, évacuent les bâtiments aux alentours et procèdent aux recherches sous les décombres avec des chiens renifleurs. Sept personnes sont sorties des décombres. Et un bilan provisoire est communiqué : 14 blessés, dont 5 dans un état grave et un jugé dans un état critique. 

Bart De Wever (N-VA), le bourgmestre de la ville, réagit sur Twitter : d'abord il dit être en pensées avec les familles et leurs proches. Ensuite, il félicite les services de secours et la solidarité des Anversois. 

Vers 9h00, il a enfin annoncé la découverte des deux victimes décédées. Il déclare présenter ses condoléances aux familles des victimes "au nom de tous les Anversois".

 

De nombreux étudiants voisins ont spontanément, via les réseaux sociaux, proposé d'héberger les personnes qui devaient quitter leur domicile.

Quant aux raisons de cette explosion, on soupçonne le gaz, mais ce n'est pas encore confirmé. L'enquête devra en déterminer les circonstances exactes a encore précisé Bart De Wever.

Trop tôt pour débuter l'enquête

Le parquet d'Anvers a été avisé de l'explosion survenue lundi soir mais n'a pas encore pu enquêter sur les causes du drame. "La priorité est donnée aux opérations de secours, la zone est de toute façon encore trop peu sécurisée", précise Ken Witpas, porte-parole du parquet. "Ce n'est que lorsque les décombres auront été suffisamment stabilisés que les experts pourront faire leur travail. Actuellement, plusieurs pistes d'explication restent ouvertes." Les pompiers anversois confirment que le parquet est présent sur les lieux afin de vérifier que tout se passe selon les procédures et que les constats d'usage ne pourront s'effectuer qu'ultérieurement.

Les bâtiments avant et après l'explosion

Placez le curseur de la souris ou votre doigt sur la double flèche au milieu de l'image pour voir les lieux avant et après l'explosion

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK