Explosifs retrouvés à Anderlecht : aucun lien avec les attentats de Bruxelles

Le parquet de Bruxelles a livré de nouvelles informations suite à l'enquête relative à la découverte d'explosifs et de détonateurs dans un sac à Anderlecht.

Selon l’enquête en cours, ceux-ci n'ont pas de lien avec les attentats terroristes de Bruxelles. Il ne s'agit pas de TATP, l'explosif généralement utilisé dans un contexte terroriste.

Le propriétaire du sac décédé en 2011 souffrait de troubles mentaux

Le propriétaire présumé du sac a habité à proximité du lieu de la découverteIl s'agit d'un ancien militaire russe, décédé en 2011. L'homme, G.A., né en 1965, était connu de la police pour port d'armes et décrit comme dans un état psychologique instable.

Une empreinte de l'individu a été découverte sur la partie interne d'un scotch ayant servi à fermer la cache des armes.

La découverte avait eu lieu samedi dernier, jour du départ du Tour de France, dans une maison d' Anderlecht. Le sac avait été repéré par un ouvrier dans un espace de rangement, sous un escalier. La police avait été rapidement prévenue. 

A l’ouverture du sac, les policiers avaient découvert des armes : couteaux, coups de poings américains mais aussi des engins explosifs.

D’après le SEDEE, le service d’enlèvement et de destruction d’engins explosifs, il s’agissait de plusieurs explosifs artisanaux. L'enquête en cours visait à identifier le(s) propriétaire(s) du sac et leurs motivations. En raison du décès du seul suspect, le parquet devrait mettre un terme à l'enquête après réception des derniers devoirs demandés. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK