Exploration de Mars : qui est la géologue belge aux commandes ?

Exploration de Mars : qui est la géologue belge aux commandes ?
5 images
Exploration de Mars : qui est la géologue belge aux commandes ? - © Tous droits réservés

Si des milliers d’yeux à travers le monde étaient rivés sur le rover Perseverance qui a posé ses roues sur la planète rouge, certains expert ont scruté l'événement un peu plus scrupuleusement. Parmi eux, Vinciane Debaille, une scientifique belge. Elle figure dans la liste des 15 experts sélectionnés minutieusement par la Nasa pour être la garde rapprochée de Perseverance.

Qui est-elle ?

Vinciane Debaille est géologue de formation. Mais sa spécialité, c’est la géochimie soit l’analyse de la composition chimique des roches. C’est grâce à cela que l’on peut les dater, comprendre l’intérieur des planètes, l’âge du système solaire.

Cette enseignante, chargée de cours à l'UBL, a déjà parcouru le monde jusqu’en Antarctique où elle a effectué trois missions pour collecter des météorites aux alentours de la Station Princesse Elisabeth. À son palmarès figure aussi l'analyse des météorites d’origines différentes comme les astéroïdes mais aussi ceux de la Lune et de Mars. 

Reportage dans notre journal télévisé de 19h30:

Comment s’est-elle retrouvée dans le programme Mars 2020 ?

"J’ai simplement répondu à un appel d’offres" confie Vinciane Debaille. Il y a un peu moins d’un an, elle débarque dans cette équipe qu’elle appelle aujourd'hui "la famille". L’Agence scientifique européenne cherchait des scientifiques européens pour intégrer ce groupe de chercheurs composé de 15 scientifiques et a donc été choisie grâce à son expérience et son travail antérieur sur des météorites d’origine martienne.

Quelle est sa mission ?

Avec son équipe, la géologue aura pour tâche de choisir des échantillons que le robot va forer et potentiellement ramener sur terre. "On a déjà une petite idée de ceux que l’on peut trouver à cet endroit grâce aux images satellite même si je m’attends à quelques surprises quand on arrivera sur place." Et les choix seront forcément délicats. "On sait par exemple que l’on devra choisir 3 échantillons de tels types. Et on se dira : là, c’est le deuxième donc est-ce que l’on prend cette roche-là ou on attend la suivante ? Sachant que l’on ne peut pas revenir en arrière…"


►►► À lire aussi Exploration de Mars : la Nasa a posé sans encombre son rover Perseverance sur la planète rouge


Le processus et les discussions s’annoncent donc déjà assez complexes parce qu’il faut être sûr "que la roche que l’on a devant soi, on n’en trouvera pas de meilleure". D’ici quelques années, 30 échantillons seulement pourront être ramenés sur terre pour être analysés. Vinciane Debaille fera donc peut-être partie de ceux qui auront trouvé des signes de vie ancienne sur Mars.


A lire aussi : Espace et langue française : ces "amarsissages" qui ne plaisent pas à tout le monde…


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK