Exorcisme: quand religion et superstitions mènent à la dérive

L’histoire de Sylvain a commencé le jour où il a emménagé dans un nouvel appartement. Ses nuits sont brusquement devenues très agitées et effrayantes pour ses proches. "C’était horrible", témoigne-t-il. "Par moments je hurlais comme un damné. Il m’est même arrivé d’arracher du mobilier". Pourtant dès le lever du jour, il ne se souvenait plus de rien.

Sylvain et sa famille se décrivent comme des gens rationnels mais cette situation les a complètement dépassés. Ils ont donc décidé de consulter une spécialiste en libération des esprits. Aujourd’hui il semble mieux comprendre ce qui lui est arrivé : "Manifestement, deux entités étaient accrochées à moi. Il fallait leur expliquer qu’elle n’étaient plus de notre monde pour les faire partir vers d’autres dimensions".

Témoignage d'un prêtre exorciste

Par peur des moqueries, ce genre de récit reste discret. L'abbé Reginster est l'un des prêtres exorcistes officiels présents dans chaque diocèse en Belgique. Il entend souvent des histoires d'âmes ou d'esprits. Les gens qui viennent le voir sont généralement en grande souffrance psychologique, et sa première mission est de les écouter. "Nous avons tous un champ de bataille en nous et il faut mener un combat entre le bien et le mal", explique-t-il. Il a pour habitude de dire une prière de libération : "J’essaye de remettre les gens en accord avec eux-mêmes, avec leurs voisins ou leur famille. S’ils étaient en paix, tout irait mieux". Mais il nuance : "Moi, je n’ai jamais vu de vraie possession, comme dans ces séances d’exorcisme d’imprécation où on demande à Satan de foutre le camp", témoigne-t-il

La religion musulmane

Le principe de la Roqya dans la religion musulmane consiste également à offrir un soutien et un accompagnement spirituel. Yacob Mahi est conseil des théologiens des musulmans de Belgique. Il précise que la Roqya "sert à se protéger par l’invocation du nom de dieu, par la lecture du Coran et les ablutions". 

Il existe plusieurs écoles, plusieurs interprétations du principe de "possession". Mais certaines pratiques de la Roqya sont similaires à des exorcismes, parfois violents. "La notion de la possession et de la magie noire sont ancrées dans les cultures et principalement les cultures arabe et subsaharienne. On estime alors que les Djinns (les esprits) maléfiques possèdent la personne. Les actes qui y sont liés sont souvent très physiques et accompagnés de coups, ce que je déplore et condamne de manière catégorique", conclut-il.

D’autres témoignages concernant cette fois l'église pentecôtiste dénoncent également des dérives comme des jeûnes abusifs, des vomissements ou des coups, autant de pratiques exorcistes qui peuvent mettre gravement en danger des personnes déjà fragilisées.

I.Louette avec Sylvia Falcinelli

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK