Examen de deuxième secondaire: nouvelle fuite suite à la publication d'une vidéo

Pour éviter de nouvelles fuites, la Fédération Wallonie-Bruxelles avait décidé d'une procédure selon laquelle le directeur d'école doit stocker les documents d'examen "dans un local qui ferme à clé" et "les profs ne peuvent les découvrir que le matin de l’examen".
Pour éviter de nouvelles fuites, la Fédération Wallonie-Bruxelles avait décidé d'une procédure selon laquelle le directeur d'école doit stocker les documents d'examen "dans un local qui ferme à clé" et "les profs ne peuvent les découvrir que le matin de l’examen". - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

L'expérience liée à l'épreuve de sciences qui aura lieu ce jeudi a été dévoilée dans une vidéo qui a terminé sur Youtube, et ce malgré le dispositif qui avait été mis en place suite aux fuites survenues il y a deux ans. L'épreuve est tout de même maintenue. 

Pour éviter de nouvelles fuites, la Fédération Wallonie-Bruxelles avait décidé d'une procédure selon laquelle le directeur d'école doit stocker les documents d'examen "dans un local qui ferme à clé" et "les profs ne peuvent les découvrir que le matin de l’examen". Mais il y a une exception: l'épreuve de sciences qui aura lieu ce jeudi. Comme chaque année, le prof de sciences doit réaliser une expérience le jour de l'épreuve devant les élèves, ceux-ci sont ensuite interrogés sur cette expérience. Pour faciliter le déroulement de l'expérience le jour J, la Fédération Wallonie-Bruxelles a envoyé dès ce mardi aux professeurs concernés une description de l'expérience. 

Mardi soir, une professeure a posté sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle réalise l'expérience en question. D'après la DH, son intention n'était pas de dévoiler une partie de l'examen mais d'aider ses collègues professeurs à comprendre ce qui leur est demandé.  Mais la vidéo s'est rapidement retrouvée sur Youtube avec comme titre "CE1D" 2017.

Épreuve maintenue

Malgré cette petite fuite, l'épreuve de sciences aura bien lieu ce jeudi. Selon le cabinet de la ministre Marie-Martine Schyns, la vidéo à rapidement été repérée par les services du ministère, elle a été immédiatement supprimée et n'aurait donc été vue par personne. De plus, aucune question n'a été divulguée, seule l'expérience était visible dans la vidéo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK