Evelyn Hernandez est acquittée faute de preuve, mais l'arsenal anti-avortement reste intact au Salvador

Evelyn Hernandez est acquittée faute de preuve, mais l’arsenal anti-avortement reste intact au Salvador
Evelyn Hernandez est acquittée faute de preuve, mais l’arsenal anti-avortement reste intact au Salvador - © Tous droits réservés

Evelyn Hernandez a retrouvé la liberté après des mois de prison. Cette jeune femme de 21 ans à peine, était accusée d’homicide après avoir perdu son bébé lors de l’accouchement. Hier la Justice salvadorienne l’a acquittée. Un énorme soulagement pour elle et pour ses proches.

La jeune femme risquait 30 à 50 ans de prison. Lundi, un comité de soutien l’a accueillie à sa sortie du tribunal. C’est une Evelyn Hernandez très émue qui s’est exprimée : "Je remercie dieu, Justice a été faite. Je remercie aussi ceux qui ont milité au pays et à l’étranger. Je remercie aussi ma mère qui a toujours été présente".

Emprisonnée et condamnée à 30 ans de prison en 2017

Les faits remontent à avril 2016, alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente. Elle accouche dans des toilettes avant d’être transportée à l’hôpital. Le bébé est mort. Evelyn Hernandez se retrouve alors accusée d’homicide. Elle se défend, expliquant que le bébé est mort-né, mais elle est emprisonnée et en juillet 2017, est condamnée à 30 ans de prison.

Le jugement a ensuite été cassé, et elle est cette fois acquittée, faute de preuves. Cette décision de Justice est aussi une source d’espoir car Evelyn Hernandez n’est pas la seule dans le cas. 16 autres femmes sont détenues pour des avortements.

L’avocate de la jeune femme a plaidé la cause des autres femmes détenues injustement, dit-elle : "C’est une décision juste et nous nous battrons pour libérer les autres", a-t-elle encore ajouté.

Mais le dispositif anti-avortement reste d’actualité au Salvador. Avec des peines de 2 à 8 ans de prison pour un avortement et de 30 à 50 ans en cas de perte du bébé à la naissance, ce qui est considéré comme un homicide aggravé.

Traduction : "Merci d’être ici, et grâce à Dieu, justice a été faite. Je remercie également ceux d’entre vous qui sont ici et je remercie également tous les pays, ainsi que ma mère pour son soutien constant dans tous les domaines".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK