Evasion de deux détenus dangereux: grève dans plusieurs prisons

David Manella (à gauche) et Jason Bechet (à droite), deux fugitifs considérés comme très dangereux
4 images
David Manella (à gauche) et Jason Bechet (à droite), deux fugitifs considérés comme très dangereux - © Droits réservés - Police

David Manella et Jason Bechet, deux détenus réputés très dangereux ont profité de la fin d'une balade au préau, vendredi soir, à la prison d'Arlon pour prendre deux gardiens en otage et s'évader. Suite à ces évènements, le personnel de la prison d'Arlon et de plusieurs autres prisons est entré grève et attendait la relève de la police. En Flandre, les syndicats n'appellent pas à la grève mais n'excluent pas des actions spontanées.

Quelque 275 policiers sont actuellement mobilisés pour remplacer les agents pénitentiaires au sein des prisons concernées par la grève, à savoir à Arlon, Ittre, Nivelles, Mons, Andenne, Forest, Saint-Gilles, Tournai, Saint-Hubert (plus le centre fermé pour jeunes), Huy, Jamioulx, Lantin et Namur, selon la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet. "Cette mobilisation importante ne remet pas en cause les septante policiers supplémentaires maintenus pour le transport en commun à Bruxelles", précise-t-elle.

"Nous soutiendrons un mouvement de grève de 24 heures pour raison émotionnelle mais un service de nuit sera assuré jusqu'à dimanche 06h00", a précisé samedi le permanent CSC Prison, Serge Deprez.

"Du côté francophone plusieurs mouvements sont lancés depuis ce matin en solidarité avec la prison d'Arlon", confie Serge De Prez, permanent CSC Prison.

"Tous les établissements pénitenciers qui veulent marquer leur soutien à Arlon peuvent le faire. Tout ceci dort déjà depuis plusieurs mois, dans la mesure où la ministre de la Justice ne s'intéresse guère à ces services, notamment en n'étant pas suffisamment alertée par les différentes prises d'otages. Elle ne répond pas suffisamment aux besoins de sécurité des agents."

Dimanche, dès 06h00, les agents pénitentiaires pourront continuer à travailler en service de nuit jusqu'à lundi; jour où une réunion en front commun syndical sera organisée avec les représentants nationaux pour envisager la suite des évènements. Dimanche, un représentant du cabinet de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld) se rendra à Arlon. La ministre elle-même est encore à l'étranger, mais elle suit la situation de près, selon Laurent Sempot. Parallèlement à ces rencontres à Arlon, une réunion se tiendra en principe lundi après-midi au cabinet de la ministre Turtelboom par rapport à la situation générale dans les prisons.

Pas d'appel à la grève en Flandre

"Les agents en ont assez d'être niés par la ministre qui n'est jamais venue à la rencontre des agents", explique Serge Deprez. "Elle a vraiment un mépris pour eux. Après Andenne, voilà Arlon... Quelle sera la suivante? Du côté néerlandophone, on pense aussi à embrayer le mouvement".

Le syndicat socialiste CGSP n'appelle pourtant pas à faire la grève dans les prisons flamandes, a fait savoir samedi le syndicaliste Guido Rasschaert à l'agence Belga. Il n'a néanmoins pas exclu que des actions spontanées voient le jour dans certaines prisons.

"Les émotions sont vives. S'il y a des actions spontanées, nous les examinerons au cas par cas et les soutiendrons éventuellement." Guido Rasschaert a ajouté que les syndicats se réuniraient lundi pour débattre de la situation.

Deux gardiens blessés, l'un au visage, l'autre au cou

Les deux détenus se sont évadés de la prison d’Arlon vers 20h30, prenant brièvement en otage deux gardiens. Ces deux agents pénitentiaires ont été blessés. Transportés par ambulance aux urgences, ils ont finalement pu quitter l’hôpital en toute fin de soirée. L’un d’eux a été balafré au visage avec un objet tranchant. L'autre agent a été blessé à la gorge. Cette nuit, les deux gardiens ont déjà pu être entendus par les enquêteurs sur les circonstances de l’évasion. Elle s’est déroulée à la fin de la balade du soir, au préau. Un moment toujours délicat pour la sécurité.

Les évadés couraient toujours cette nuit. Selon nos informations, l’un d’eux est David Manella. Un carolo de 31 ans bien connu des autorités judiciaires.

Deux fuyards dangereux et multi-récidivistes

Le 13 juin 2011, David Manella s'était évadé de la prison de Nivelles avec Maximilien Collard, en prenant une gardienne en otage à l'aide de couteaux artisanaux fabriqués avec des lames de rasoir. Cela lui avait valu une condamnation à une peine de prison ferme de 8 ans le 26 mars dernier. Originaire de Charleroi et connu des autorités judiciaires pour des agressions commises avec violence, David Manella avait aussi été condamné à 15 ans de prison en février dernier pour une liste impressionnante de braquages et carjackings commis au cours de l'été 2010 avec des complices. Il avait ainsi été poursuivi pour le braquage d'une salle de jeux de Jumet, commis avec deux complices, pour des vols de voitures et de plaques d'immatriculation, des attaques à main armée dans une librairie et un night shop de Ransart, un Brico Marché, un magasin Match, un bureau de Poste, une pizzeria à Jurbise.

Le second fuyard est un dénommé Jason Bechet, condamné pour vols. Ils sont activement recherchés. La police du Grand-Duché du Luxembourg a invité les automobilistes à la prudence sur son réseau routier. Elle a mentionné l'évasion de ces "2 truands dangereux de la prison d'Arlon" sur son compte officiel Twitter, elle a invité les usagers de la route à ne pas embarquer d'auto-stoppeurs.

Le choc pour le personnel de la prison d'Arlon

Le personnel de la prison est sous le choc et en colère. Des délégués syndicaux du secteur des prisons se rendront demain matin à Arlon. La direction régionale de l'administration pénitentiaire enverra aussi un émissaire pour rencontrer les agents.

Ces événements surviennent moins d’une semaine après la tentative d’évasion avec prise d’otage à la prison d’Andenne. On parle d'un modus operandi assez similaire. A Andenne, les gardiens étaient partis en grève. Ce vendredi soir, justement, on semblait s’orienter vers une reprise progressive du travail des agents Andenne. Un dialogue avait été ouvert avec le cabinet de la Ministre de la justice. Les syndicats avaient notamment obtenu des avancées sur la question de la sécurisation des préaux. Mais le débat sur la sécurité au sein des prisons semble, en tout cas, loin d’être clos.
 

Julien Vlassenbroek avec Robin Cornet et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK