Euthanasie: "Vivre sa mort" devant la caméra de Manu Bonmariage

Vivre sa mort
Vivre sa mort - © Manu Bonmariage

"Vivre sa mort", c'est le dernier film-documentaire de Manu Bonmariage. Manu est un des réalisateurs de l'émission "Strip-Tease". Il a réalisé de nombreux films comme "J'ose", "Les Amants d'Assises" ou encore "Allô Police". Cette fois, sa caméra directe nous immerge dans la fin de vie de deux hommes. Le film vient de sortir en salle et nous en avons profité pour rencontrer les deux épouses; comment ont-elles vécu la présence d'une caméra dans un moment aussi intime ?

Les deux hommes ont autour de la soixantaine, ils ont un cancer et sont dans la dernière ligne droite de leur vie. Le premier s'appelle Philippe Rondeux, le deuxième Manu de Coster. Anne Rondeux et Jeantina de Coster ont accompagné leur mari jusqu'au bout, jusqu'à leur dernier souffle. Elles nous parlent de la présence de la caméra.

"Philippe a accepté, pas spécialement en pensant que Manu (Bonmariage) allait faire un film qu'on allait voir partout, mais pour laisser un souvenir à la famille, à ses enfants, ses petits-enfants et à tous ceux qui le connaissent", confie Anne.

"On était dans un tel état de vivre vite; tout se passait très vite; on n'avait pas le temps de réfléchir, explique quant à elle Jeantina. Ça plaisait à mon Manu parce qu'il était très expansif, anticonformiste, il était très heureux de pouvoir être filmé par Manu Bonmariage."

La caméra directe

La caméra de Manu Bonmariage n'arrondit pas les angles des prises de vue, elle est présente au cœur de l'intime.

"Quand Manu était là, on n'avait plus vraiment de moments intimes entre nous; donc, quand on parlait, il fallait qu'on réfléchisse à ce qu'on allait dire. La dernière scène que l'on voit dans le film se passe une semaine après son décès. Philippe ne voulait pas qu'on le voit se dégrader. Il voulait mourir sereinement avec sa famille et pas avec la caméra", raconte Anne.

"Quand vous vivez un moment aussi intense, tout ce qui est autour de vous, vous l'oubliez, indique Jeantina. Vous êtes dans ce que vous vivez avec la personne, mon mari en train de mourir; donc, tous les petits détails de ce qui est autour de vous, moi, j'ai oublié, on ne s'en rend plus compte."

"La mort fait aussi partie de la vie"

Les deux hommes avaient demandé l'euthanasie. Philippe n'a pas été entendu. Le médecin était très mal à l'aise devant les demandes répétées de son patient, mais, dans son hôpital, on ne pratique pas l'euthanasie. Mais Philippe ne lui en a pas voulu.

Manu de Coster a été euthanasié en présence de sa femme, ses enfants et Gabriel Ringlet. La caméra sera présente aussi jusqu'au dernier souffle. Voir son mari mort à l'écran n'a pas choqué Jeantina : "Absolument pas parce que la mort fait aussi partie de la vie".

Manu et Philippe ont laissé un grand vide dans la vie d'Anne et de Jeantina. Le film est un cadeau souvenir pour ces femmes et leur famille. Mais aujourd'hui, elles doivent aussi le partager avec le public.

Dominique Burge