Étudier au Quebec pourrait coûter moins cher aux étudiants belges

Etudier au Quebec pourrait coûter moins cher aux étudiants belges
Etudier au Quebec pourrait coûter moins cher aux étudiants belges - © Patrick Lachance MCE

Le premier ministre québecquois a annoncé être prêt à négocier une baisse des droits d'inscription pour les étudiants venus de Belgique francophone. Le sujet peut sembler anodin et pourtant, le Québec est l'une des destinations favorites des étudiants belges. Il concerne donc tout de même pas mal de jeunes.

Aujourd'hui, un étudiant qui souhaite étudier au Québec peut débourser jusqu'à 15 000 dollars canadiens pour suivre une année de cours. La province canadienne applique en fait trois tarifs différents selon le statut de l'étudiant. Les québecquois payent ainsi les droits les moins élevés, les étudiants venu d'ailleurs au canada payent plus cher, et enfin, les étudiants étrangers déboursent la somme la plus importante.

Pourquoi les belges auraient ils droit à un tarif préférentiel? A cette question, Rudy Demotte explique que les étudiants français bénéficient d'un tarif préférentiel. Ils payent des droits d'inscription similaires aux étudiants canadiens. Il n'y a pas de raison que belges ne beneficient pas de ce régime, selon Rudy Demotte.

Une négociation peut-être pas si simple

Si le raisonnement parait logique, les choses ne sont pourtant pas si simple. Le contexte budgétaire est tel que le Québec impose des économies aux universités. Il y a peu, le Quebec a même relevé le tarif imposé aux étudiants français, puisqu'avant, eux ci étaient assimilés au étudiants québecquois et bénéficiaient donc du tarif le moins cher.

Mais dans ses arguments, la Fédération Wallonie-Bruxelles avance une différence de poids. Pour un étudiant québecquois qui se rend en France, dix étudiants français viennent au Quebec. Ce tarif préférentiel accordé aux français coûte donc plutôt cher à la province. Le rapport pour la Belgique n'est pas comparable puisque pour un étudiant québecquois dans l'une de nos universités, on estime à deux le nombre d'étudiants belges qui se rendent au Québec.

L'annonce de négociation entre la Fédération Wallonie Bruxelles et le Québec sur cette question est une avancée, mais il reste du travail. Il s'agit de trouver un système équitable où les deux pays s'y retrouvent, financièrement et vis à vis de leurs étudiants respectifs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK