Etterbeek: ouverture de la plus grande crèche francophone du pays, pour 180 bébés

Etterbeek : ouverture de la plus grande crèche francophone du pays
6 images
Etterbeek : ouverture de la plus grande crèche francophone du pays - © Tous droits réservés

Le bâtiment est grand (3600 m²), moderne et lumineux. La nouvelle crèche Aimé Dupont, à Etterbeek en Région bruxelloise, accueillera dès lundi 180 bébés dans 12 sections différentes. En tout, elle compte 161 places mais tous les enfants inscrits ne sont pas présents tous les jours. C’est la plus grande crèche subventionnée par l’Office de la Naissance et de l’Enfance. Des bâtiments préfabriqués permettaient déjà d’accueillir 80 bébés sur place, la capacité est donc doublée et ils passeront dans des bâtiments "en dur". Budget total : 10 millions d’euros.

De la lumière du jour

Les premiers parents et leurs enfants sont venus découvrir les lieux inaugurés ce samedi matin : "C’est très grand s’enthousiasme cette maman. C’est beau, aéré, ça m’a l’air très bien". Même première impression pour cette autre mère : "C’est grand, design, le matériel est génial, on a de la chance". Ce papa aussi est agréablement surpris : "Ah oui, quand on voit le bâtiment, je suis heureux, c’est bien lumineux !".

La crèche est organisée sur deux étages autour d’un atrium, grand cube lumineux. Elle compte des salles dédiées à la psychomotricité, une salle de relaxation, une cuisine, des terrasses et des bureaux. En tout, une petite soixantaine de personnes y travaillent.

Pas une "usine à bébés"

Malgré le nombre d’enfants, la direction assure que tout est fait pour être à l’échelle de l’enfant. Chacune des 12 sections est organisée comme une mini-crèche pour 15 enfants et 3 puéricultrices avec salles de jeux, de sieste et un coin à langer. Un groupe de bébés reste au sein du même espace tout au long de son parcours, ils n’en changent pas en grandissant. "C’est l’espace qui s’adapte et est aménagé en fonction des besoins de l’enfant", insiste Béatrice Van Velthoven, la directrice.

Les salles de sieste, par exemple, sont attenantes aux salles de jeux et séparée par de grandes vitres. Lorsque les enfants ne dorment pas les stores peuvent être ouverts et l’espace "dodo" sert d’extension à l’espace de jeu. Tout est modulable en fonction de l’évolution des enfants.

Toujours trop peu de place

Cette augmentation du nombre de places en crèche communale est une bulle d’air. Elle fait d’ailleurs d’Etterbeek la commune bruxelloise avec le meilleur taux de place d’accueil par rapport au nombre d’enfant de moins de 3 ans (72 places pour 100 enfants contre 39 places en moyenne dans la Région Bruxelloise). C’est un vrai soulagement pour cette maman de la nouvelle crèche : "Quand on tombe enceinte, c’est la première inquiétude "Est-ce que je vais trouver une crèche ?". On a eu la chance, nous, d’avoir accès à celle-ci mais je sais que beaucoup de parents n’ont pas eu cette chance. Je connais beaucoup de collègues qui au moment de reprendre leur travail n’ont pas encore de solution pour faire garder leur bébé".

Malgré ces nouvelles places le manque de capacité dans les crèches et les milieux d’accueil pour la petite enfance reste important. "Non, ça ne résout pas tout le problème regrette Xavier Melchior, Coordinateur subrégional de l’ONE pour Bruxelles. Il y a, partout en Wallonie et à Bruxelles, un déficit de place subventionnées. Elles coûtent moins cher aux parents ce sont donc celles qui sont demandées et priorité. Et puis, pas partout mais dans beaucoup de zones, il y a un déficit général, y compris dans le privé". En Wallonie et à Bruxelles, il y a 36,9 places pour 100 enfants âgés entre 0 et 2 ans et demi selon les derniers chiffres de l’ONE.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK