Être bien éclairé quand on roule à vélo, une question de sécurité mais aussi une obligation

Être bien éclairé quand on roule à vélo, c'est important pour notre sécurité, mais c'est aussi obligatoire
Être bien éclairé quand on roule à vélo, c'est important pour notre sécurité, mais c'est aussi obligatoire - © C. Biourge - RTBF

Être bien éclairé quand on roule à vélo, c’est important pour notre sécurité. C’est d’autant plus important qu’en cette période, les jours raccourcissent. Et avec le changement d’heure, prévu dimanche, il va faire noir encore plus tôt.

Or, selon les chiffres de l’observatoire du vélo à Bruxelles (ce sont les seuls chiffres que l’on a), près d’un cycliste sur quatre est aujourd’hui toujours mal éclairé ou pas du tout : "Il y a beaucoup de cyclistes qui s’équipent correctement, mais il reste quand même toujours des personnes qui sont mal éclairées. Alors, on ne sait pas si c’est volontaire ou s’ils se font surprendre parfois par un changement d’heure, par le fait de rentrer un peu plus tard du travail et que l’on n’a pas prévu les bons éclairages,…Parfois, on a les éclairages USB qu’on a oublié de charger et qui du coup, sont plats quand on prend le vélo. Donc, il faut quand même bien penser. Cela se prévoit d’être bien éclairé. Mais c’est important pour la sécurité", explique Aurélie Willems, porte-parole du Gracq, le Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens.

Que dit la loi ?

Rouler éclairé est pourtant une obligation quand il fait noir ou lorsque la visibilité est mauvaise. Mais savez-vous exactement ce que prévoit le Code de la route ?

Il prévoit que, dès la tombée de la nuit ou par visibilité inférieure à 200 mètres, le cycliste doit être équipé d’un feu blanc ou jaune à l’avant ; et d’un feu rouge à l’arrière (feu qui doit être visible à 100 mètres).

Ces lumières peuvent être fixées sur le vélo ou portées par le cycliste lui-même. Mais n’oubliez-pas les catadioptres, ils font partie de l’équipement obligatoire à prévoir de jour comme de nuit. Vous devez en mettre à l’avant et à l’arrière du vélo, mais aussi sur les pédales et les rayons des roues, à moins que vous n’ayez des bandes réfléchissantes. Et si c’est le cas, ces bandes réfléchissantes doivent être propres.

Ce n’est pas parce que l’on roule en ville qu’il ne faut pas de lumière

Mais attention, voir ne veut pas dire être vu : "En milieu rural, on a tendance à bien s’éclairer pour voir la route et pour être vu également. Et en milieu urbain, on pense qu’on est vu parce que l’éclairage urbain est là, mais en fait voir n’équivaut pas spécialement à être vu. Donc, c’est très important aussi d’éclairer son vélo en milieu urbain", précise Aurélie Willems.

Depuis ce lundi, le Gracq mène des actions sporadiques pour sensibiliser les cyclistes à la question. Ce sera le cas jusqu’au 15 novembre. Si vous êtes bien équipé, vous pourrez recevoir des pralines. Dans le cas contraire, ce seront des kits d’éclairages.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK