Etats-Unis: nouvelle reculade sur l'application de l'Obamacare

Le ministère de la Santé a indiqué que les petites entreprises ne seraient pas en mesure d'obtenir une assurance maladie mutualisée pour leurs employés via un site internet avant novembre 2014, "pour une couverture qui prendra effet en janvier 2015", selon un communiqué.

La réforme, promesse majeure de Barack Obama promulguée en mars 2010, oblige les entreprises de plus de 50 employés à proposer une couverture maladie à leurs employés.

Pour les PME de moins de 50 salariés, la loi prévoit la mise en place de "marchés" au niveau des Etats, accessibles par des sites internet, permettant d'accéder à des forfaits d'assurance au besoin subventionnés par l'Etat.

L'annonce de mercredi concerne la mise en place de ces sites internet: l'accès aux polices d'assurance restera possible via des courtiers.

Graves dysfonctionnements depuis le 1er octobre

Mais elle s'ajoute à de multiples reculades et concessions de l'administration Obama ces dernières semaines. Le 14 novembre, Barack Obama avait accepté d'amender sa loi pour tenter de résoudre la situation d'Américains dont les forfaits d'assurance ont été résiliés car ils devenaient illégaux au regard de la nouvelle réglementation.

Le portail internet lancé le 1er octobre, et où tout Américain dépourvu d'assurance doit en théorie pouvoir s'inscrire pour en souscrire une, pénalités à la clé en cas de refus, a connu de très graves dysfonctionnements depuis son lancement le 1er octobre.

L'administration a promis d'oeuvrer à le mettre à niveau, se donnant jusqu'au 30 novembre pour y parvenir.

Mais signe que l'administration n'a pas encore confiance dans la solidité du portail healthcare.gov, elle tente d'éviter un afflux massif de visites dans les jours à venir, rapportait mercredi matin le New York Times.

Citant des responsables de l'exécutif sous couvert d'anonymat, le journal évaluait la capacité du site à 50 000 visiteurs à la fois, mais se faisait l'écho de craintes d'une affluence cinq fois supérieure.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK