"Estimez votre trésor": une nouvelle campagne choc de Child Focus

Une campagne choc menée par Child Focus
Une campagne choc menée par Child Focus - © childfocus.be

L'association Child Focus a lancé vendredi, en présence de la reine Mathilde, une campagne de sensibilisation contre l'exploitation sexuelle des mineurs, à l'occasion de la deuxième journée européenne pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels. Intitulée "Estimez votre trésor", l'action invite un maximum de parents à partager sur les réseaux sociaux l'estimation financière de leur enfant.

Pour cette nouvelle campagne de sensibilisation, Child Focus a développé un outil en ligne afin d'évaluer la "valeur commerciale" de victimes d'exploitation sexuelle. Après avoir déterminé le sexe, l'âge, la couleur de peau et de cheveux de son enfant, chacun peut ainsi calculer la valeur marchande que celui-ci aurait s'il venait à tomber entre les mains de criminels déterminés à l'exploiter sexuellement. Le montant apparaît sous la forme d'une étiquette placée sur les yeux de l'enfant.

Les prix affichés par le calculateur, qui correspondent aux paramètres sélectionnés, sont calculés en dollars américains (USD) sur la base d'une quarantaine de sources au total, parmi lesquelles des articles de presse, des documentaires et des enquêtes journalistiques.

Choquant

"Choquant? Sans aucun doute, mais cette campagne vise surtout à ouvrir les yeux du grand public sur une réalité que nous devons combattre tous ensemble", indique Child Focus, principalement connue comme étant l'association qui aide à retrouver les enfants disparus. Avec cette action, qui sera majoritairement diffusée via Facebook et Twitter, Child Focus souhaite mettre en avant un autre de ses combats, à savoir la lutte contre les exploitations sexuelles des enfants.

"L'exploitation sexuelle est souvent invisible. Il est impossible de deviner que ce jeune garçon est victime d'un abuseur qui diffuse des images pédopornographiques ou que cette jeune fille est tombée sous la coupe d'un proxénète d'ados. Cette réalité existe pourtant bel et bien en Belgique, comme le prouvent les dizaines de procès dénombrés chaque année", souligne l'association.

En parallèle du lancement de cette campagne, Child Focus organise vendredi une table ronde réunissant une vingtaine d'experts belges, en la présence de la reine Mathilde, présidente d'honneur de Child Focus.

Juridiquement, l'exploitation sexuelle d'enfants est définie comme l'atteinte portée à l'intégrité sexuelle d'enfants, de façon organisée et systématique, éventuellement à l'aide de moyens technologiques. Celle-ci figure dans la convention de Lanzarote, qui impose aux États signataires de combattre et de criminaliser toutes les formes d'exploitation sexuelle de mineurs, et qui vise aussi à prendre des mesures de prévention et à offrir un encadrement et une aide efficaces aux victimes.

Numéro d'urgence gratuit 116 000

Différents moyens ont été mis en place par Child Focus afin de lutter au quotidien contre cette problématique. L'association propose notamment une assistance téléphonique via le numéro d'urgence gratuit 116 000, accessible jour et nuit pour les victimes d'exploitation sexuelle, leurs proches ou des tiers ayant eu connaissance de tels faits. Chaque signalement fait l'objet d'un suivi, en étroite collaboration avec les services de police et de justice ou de l'aide sociale, spécifie l'organisation.

Child Focus se porte également régulièrement partie civile dans les procès d'auteurs présumés qui sont portés à sa connaissance, afin de donner une voix et d'apporter un soutien aux victimes.

Le point de contact civil www.stopchildporno.be est également mis à disposition de la population. Celui-ci permet à toute personne qui découvre par hasard sur internet des photos d'abus sexuels d'enfants de les signaler, en conservant l'anonymat si elle le souhaite.

Enfin, Child Focus se consacre à la prévention de l'exploitation sexuelle d'enfants en soutenant un programme d'aide pour les personnes ayant des tendances pédophiles afin d'éviter qu'elles ne passent à l'acte et pour les auteurs, afin qu'ils ne récidivent pas. Une autre forme de prévention consiste à informer les enfants et les adolescents (mais aussi les parents et les enseignants), ainsi qu'à les aider à utiliser internet et les médias sociaux de façon responsable. A cette fin, le site www.clicksafe.be a été développé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK