Espagne: coup de filet contre la mafia chinoise, une star du porno arrêtée

Des centaines de policiers ont participé à ce coup de filet baptisé "Opération Empereur" mené, après deux ans d'enquête, dans plusieurs villes dont Madrid et Barcelone, munis de mandats d'arrêt visant 108 personnes, et ont perquisitionné dans 120 propriétés.

Les arrestations, plus de 80 au total, visaient "le blanchiment d'argent et d'autres activités liées aux réseaux criminels d'origine chinoise", a déclaré le ministère dans un communiqué, précisant que les perquisitions se sont poursuivies dans le courant de la journée.

L'organisation est soupçonnée d'avoir blanchi entre 200 et 300 millions d'euros par an, a déclaré lors d'une conférence de presse le procureur anticorruption de l'Audience nationale, la principale instance pénale espagnole, Antonio Salinas.

Il a ajouté que les enquêteurs avaient saisi six millions d'euros en liquide et 200 véhicules, et ordonné le gel des comptes bancaires de plus de 120 personnes.

Selon le procureur, les personnes arrêtées, la plupart chinoises, "avaient monté leur commerce en Espagne, puis envoyé dans leur pays l'argent illicitement gagné", utilisant au passage de faux documents et payant des pots-de-vin.

"Il s'agit d'une organisation criminelle menée par des Chinois qui se livrent au blanchiment d'argent, à la contrebande, qui introduisent sur le territoire espagnol des marchandises en tous genres qui échappent au contrôle de l'Espagne", a affirmé Antonio Salinas.

L'opération la plus importante du genre

L'opération, la plus importante de ce genre jamais menée par la justice espagnole, a mis au jour un vaste réseau qui blanchissait l'argent provenant de la prostitution et de l'extorsion de fonds, via des sociétés écran, notamment des bars à karaoké ou des restaurants.

L'argent sale, selon le Parquet, était également placé dans des paradis fiscaux, avec l'aide d'intermédiaires espagnols ou israéliens, ou renvoyé en Chine en voiture ou en train.

Au nombre des personnes interpellées figure Nacho Vidal, une star espagnole des films pornographiques, décrit par le site Internet Movie Database comme "l'un des plus populaires et l'un des plus travailleurs dans le milieu du porno".

Internationalement connu dans ce milieu pour ses prestations dans "Sexcapades" ou encore "The Sexual Messiah", il est soupçonné d'être à la tête d'une entreprise qui blanchissait de l'argent, a précisé une source judiciaire.

Un conseiller communal parmi les personnes interpellées

La police a également arrêté un conseiller municipal de Fuenlabrada, une ville de la banlieue sud de Madrid où est située une vaste zone commerciale chinoise de vente en gros, Cobo Calleja, présentée comme la plus grande en Europe.

Les médias espagnols montraient mardi des images de policiers qui perquisitionnaient dans plusieurs de ses très nombreux entrepôts, destinés en majorité à des marchandises bon marché importées de Chine, dont des montres, des bijoux, des vêtements ou des chaussures.

Cobo Calleja, qui alimente également des commerces dans le reste de l'Europe, était "le coeur" du réseau de blanchiment, selon la source judiciaire.

Selon la mairie de Fuenlabrada, les quelque 800 entreprises chinoises de la zone commerciale représentent un chiffre d'affaires annuel officiel de 870 millions d'euros et emploient 10 000 personnes.

Parmi elles, 377 sont dirigées par des Chinois, qui emploient 3000 personnes.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK