Éruptions solaires: la Terre plongée dans une période d'apocalypse?

Le Soleil est entré dans un cycle particulièrement actif.
Le Soleil est entré dans un cycle particulièrement actif. - © AFP - HO/NASA/SDO/AIA

Les scientifiques américains s'inquiètent. Les éruptions solaires, qui seront particulièrement nombreuses durant les dix prochaines années, pourraient perturber les satellites et les systèmes de communication. Et causer des incidents nucléaires majeurs.

La Terre l'a échappé belle. Mardi, à 3h48 GMT, le Soleil a connu sa pire éruption depuis bien longtemps. Cette éruption n'a, heureusement, eu aucune conséquence négative pour la Terre ou ses habitants. Mais elle a plongé dans l'inquiétude et l'incertitude les scientifiques du monde entier qui considèrent cette éruption comme un sérieux avertissement.

Les éruptions solaires sont classées en trois catégories : "C" pour les plus faibles, "M" pour les modérées et "X" pour les plus puissantes. Les experts chiffrent également la puissance du phénomène. Plus cette puissance sera importante, plus la valeur donnée à l'éruption sera élevée. L'explosion de ce mardi a ainsi été classée "X6.9". Par comparaison, l'éruption du 15 février dernier, pourtant considérée comme extrêmement forte, n'avait récolté qu'un "X2.2".

Par chance, l'éruption du 09 août a eu lieu du côté ouest de l'étoile, soit du côté non exposé à la Terre.

4 tempêtes solaires frapperont la Terre

Le Soleil est entré dans un cycle magnétique particulièrement actif, appelé "cycle 24", qui devrait durer jusque 2020 et culminer en juin 2013. Durant cette période, les éruptions aussi puissantes que celle de mardi matin pourraient être très fréquentes.

Selon les experts de l'agence fédérale américaine en charge de l'étude des océans et de l'atmosphère (NOAA), cités dans l'International Business Times, notre planète devrait être frappée par au moins quatre "gigantesques tempêtes solaires" au cours des dix prochaines années.

Le gouvernement américain estime par ailleurs que ces tempêtes particulièrement intenses pourraient avoir des conséquences dramatiques. Outre le fait que les communications terrestres et aériennes risquent d'être longuement perturbées, les États-Unis avancent que ces éruptions pourraient causer des ruptures dans l'alimentation énergétique des installations nucléaires du pays. Et celles d'autres nations, bien évidemment.

Les centrales ne pouvant fonctionner plus de 72 heures de manière autonome, un "black-out" de longue durée pourrait provoquer des incidents nucléaires sans précédent.

PIAB (avec International Business Times)
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK