Environnement: la pollution de l'air coûte des milliards à la Belgique

Environnement: la pollution de l'air coûte des milliards à la Belgique
Environnement: la pollution de l'air coûte des milliards à la Belgique - © DIRK WAEM - BELGA

La pollution de l'air coûte, chaque année, plus de 18 milliards d'euros à la Belgique. Les décès prématurés et les maladies liées à la pollution de l'air, une agriculture intoxiquée par la pollution etc, autant de critères sur lesquelles se base une étude pour d'estimer ce coût. Un impact économique qui fait réfléchir le monde politique européen à envisager de nouvelles mesures pour lutter contre la pollution de l'air.

Sur le continent européen, plus de 90 % des citoyens sont chaque année exposés à des niveaux de particules fines bien supérieurs aux recommandations de l'organisation mondiale de la santé. Conséquence: des décès et des maladies liés à cette pollution qui ont un coût pour la société. Le coût annuel de la pollution de l'air des 53 pays du territoire européen est estimé à près de 1.5 trillion d'euros.

Pour la Belgique, la pollution de l'air couterait plus de 18 milliards d'euros par an.

"Au niveau des maladies, c'est le coût des traitements, de l’hospitalisation éventuelle, des médicaments, explique Walter Hecq, du Centre d'étude économiques et sociales de l'environnement à l'ULB. Pour ce qui est du coût de la vie humaine, il s'agit du coût lié à la contribution à l'activité économique du pays. Si vous mourez plus jeune, vous n'allez pas contribuer à la richesse économique du pays et donc c'est une perte pour l'ensemble de la société".

Si chaque année, le coût sanitaire de la pollution atmosphérique atteint des sommes astronomiques, la pollution de l'air a aussi un impact sur le rendement agricole.

"L'agriculture, malheureusement, est de plus en plus ciblée dans cette question de pollution de l'air, ajoute Walter Hecq, parce que l'exposition des cultures aux polluants est associée à une baisse de rendements, et qui dit baisse de rendements, dit baisse de revenus".

Des dépenses sanitaires et la baisse de rendement agricole coutent donc cher aux Etats européens. C'est pourquoi la lutte contre la pollution de l'air est devenue l'une des priorités politiques. Le défi est finalement de trouver des mesures qui coutent moins chères que les dommages provoqués par la pollution de l'air.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK