Environnement: l'éclairage d'un panneau publicitaire équivaut-il à "la consommation de 3 ménages"?

L’affiche placardée par l’association Action for Climate Justice a de quoi interpeller : un panneau publicitaire lumineux, de ceux que l’on trouve dans le métro bruxellois, consommerait autant que trois ménages… L’association a fait circuler son message lors d’une action de nuit ce mardi soir. Sur l’affiche, un constat placardé : « L’éclairage d’un panneau publicitaire = la consommation de 3 ménages. »

Derrière cette phrase choc, le collectif entend rappeler aux ministres et aux institutions que l’effort doit être partagé : « On veut bien éteindre la lumière, mais faut pas se foutre de notre gueule ! ». Les militants estiment qu’il est « indispensable d’entamer une coopération étroite entre les différents niveaux de pouvoir » et soulignent que « si les conséquences du réchauffement climatique sont subies par toutes et tous, les responsabilités sont imputables à une minorité de personnes et d’entreprises que nos responsables politiques ont le devoir de sanctionner. »

Reste que dans les faits, l’affirmation du collectif pose question : est-il vrai que, pour éclairer un panneau publicitaire, il faut dépenser l’équivalent de l'énergie consommée par trois ménages ? Pour le savoir, il faut déjà comprendre de quoi on parle. Prenons par exemple le cas de Bruxelles. Selon les chiffres de Sibelga, un ménage moyen consomme environ 3500 kilowatts-heure (kWh) par an. Trois ménages de ce type, cela correspondrait donc à une consommation annuelle de 10.500 kWh.

Qu’en est-il de l’éclairage des panneaux publicitaires alors ? La question est délicate, car il y a une grande diversité de panneaux publicitaires dans la Région bruxelloise : en rue, sur les bâtiments ou dans les abribus et les stations de métro. Cependant, comme le note Bruzz, les affiches du collectif n’ont pas été collées sur tous les panneaux : ainsi, les très grands panneaux ont été épargnés. La STIB expliquait en 2016 que la consommation de ses panneaux était de 0,6 kWh par heure. En considérant que les panneaux sont éclairés de manière permanente, on obtient alors une consommation de 5256 kWh par an. C’est loin des 10.500 kWh dépensés par trois ménages bruxellois, mais cela représente tout de même plus d’un ménage et demi.

D’autant plus que, depuis 2016, la STIB affirme avoir réduit la consommation de ses écrans. « Les tubes néons des valves publicitaires papiers de 2 m2 verticaux ont été progressivement remplacés par un système d’éclairage LED », explique Françoise Ledune, porte-parole francophone du réseau. Soit un passage d’une consommation annuelle d’environ 1181 kWh à 412 kWh. Concernant les valves digitales, cette fois, la consommation est de 4,256 kwH par jour selon la STIB, soit une consommation annuelle d’environ 1553 kWh. Encore loin des 3500 kWh par an d’un foyer bruxellois. Par ailleurs, toujours selon la STIB, les panneaux sont en veille pendant les heures de fermeture, donc la consommation est encore plus faible.

Contactée par la RTBF, l’association Action for Climate Justice a donné la source de son calcul : un document produit en 2017 par le site français Antipub, pour protester contre l’installation du nouveau parc de mobiliers urbains de JCDecaux. S’il s’agit d’un parc français, on peut légitimement penser que le fournisseur a déployé le même type de panneaux pour la France et la Belgique.

 

Dans ce document, on apprend qu’un mobilier analogique de 2 m2 à deux faces déroulantes, comme ceux qu’on peut trouver à Bruxelles, consomme 948 kWh par an au maximum (action de déroulage comprise). En revanche, un mobilier avec une face numérique (c'est-à-dire affichant de la vidéo) consomme 6818 kWh par an… et lorsque les deux faces sont numériques, un total de 12.565 kWh par an ! Soit largement plus que les 10.500 kWh annuels de trois ménages bruxellois.

L’affichage du collectif Action for Climate Change est donc un petit peu générale : dans la majeure partie des cas, l’éclairage des panneaux est loin de consommer autant qu’il est écrit. Cependant, les nouveaux modèles numériques consomment beaucoup plus que les simples affiches éclairées et peuvent légitimement susciter l’inquiétude des militants environnementaux.

Sujet JT 30 janvier 2019 : Action d'activistes climatiques, "réveillez vos ministres"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK