Enquête PISA: "Il faut continuer à apprendre à lire jusqu'à l'université"

Les élèves francophones ne sont pas dans la moyenne européenne en lecture. C'est le principal enseignement de l'enquête PISA évaluant les performances des élèves de 79 pays dans le monde. Faut-il s'en inquiéter? Et surtout comment améliorer les compétences de nos élèves en lecture? Deux invités sur le plateau de CQFD pour répondre à ces questions: Dominique Lafontaine, professeure en sciences de l'éducation à l'ULiège et membre de l’équipe de recherche chargée de l’analyse des résultats des enquêtes PISA pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, et Jean-Pierre Darimont, conseiller pédagogique pour le français au SEGEC, le Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique.

Un élève sur deux ne lit que parce qu'il y est obligé

Comme lors de la dernière édition (portant sur l'année 2015), les résultats des élèves francophones aux épreuves PISA catégorie lecture ne sont pas glorieux. Avec un score de 481, la Fédération Wallonie-Bruxelles est en-dessous de la moyenne OCDE (487). La Flandre, avec un score de 502, est elle mieux classée. Mais que ce soit dans les pays de l'OCDE ou en Belgique, les performance en lecture baissent partout. Ainsi que l’intérêt pour la lecture puisque l'enquête relève qu'un élève francophone sur deux ne lit que parce qu'il y est obligé.

Dominique Lafontaine relativise ce constat: "on associe ici le mot lecture à la lecture sur papier et en particulier la lecture de livres. Il y a bien un recul de ces pratiques de lecture traditionnelle, mais il faut préciser que les jeunes lisent l’information essentiellement sur des supports numériques", observe la professeure en sciences de l'éducation.

L'envie de lire vient de la capacité à lire

"Il y a des adolescents lecteurs boulimiques, qui évacuent les lectures scolaires prescrites au profit d'énormes briques qu'ils prennent du plaisir à lire", observe de son côté Jean-Pierre Darimont, "et à l'autre extrémité, pour certains élèves, 20 pages de lecture est une corvée absolue".

"L'envie de lire vient de la capacité à lire", poursuit le conseiller pédagogique du SEGEC, "il y a une vieille tradition francophone considérant que c'est en lisant qu'on devient lecteur et qu'une fois le premier degré du fondamental passé, le déchiffrage installé, c'est juste une question d'entraînement. Or, beaucoup d'élèves ont besoin qu'on leur enseigne la compréhension à la lecture plus loin dans le cursus, en secondaire et même jusque dans les études supérieures, où les tâches de lecture changent, par exemple lorsqu'il s'agit de lire des articles scientifiques", explique-t-il.

Un cours de didactique de la lecture dans toutes les disciplines

On associe le français à la lecture et la lecture au français, or la compétence lecture est transversale à toutes les matières. "Aujourd'hui, dans le cadre du cours de français, on lit essentiellement de la littérature, de la fiction, du patrimoine", poursuit Jean-Pierre Darimont, "on travaille très peu les stratégies de lecture pour les textes de sciences, de langue, de géographie, etc. Dans toutes les sections de formation d'enseignant pédagogique, il devrait y avoir un cours de didactique de la lecture et des lectures dans les différentes disciplines".

Dominique Lafontaine partage ce constat et renvoie à cet égard aux travaux du pacte d'excellence, dont les nouveaux référentiels pourraient changer la donne en la matière. "Mais à ce stade, précise-t-elle, ceux-ci ne précisent pas la méthodologie, enseignée dans les instituts de formation de enseignants et qui est pour rappel la prérogative des différents réseaux".

CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face à face sur une question d'actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h en télé sur La Trois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK