Enfants non admis dans une brasserie à Nieuport, les réseaux sociaux s'emballent

Enfants non admis dans une brasserie à Nieuport, les réseaux sociaux s'emballent
Enfants non admis dans une brasserie à Nieuport, les réseaux sociaux s'emballent - © Tous droits réservés

Des milliers de vues, plus de 28.500 partages, des dizaines de réactions...C'est ce qu'a suscité le message de cette maman sur Facebook. Une maman "enragée" d'avoir été refusée à la terrasse d'une brasserie à Nieuport parce qu'elle était accompagnée de son fils, et qui a décidé de faire une mauvaise publicité à son patron en écrivant ceci : 

Suite aux nombreuses réactions, le journal flamand Het Laatste Nieuws a demandé des explications au patron de la brasserie. 

Cette décision d'interdire les enfants a été prise fin août et il se justifie : "Dans le temps, les enfants étaient sages. Ils venaient au restaurant avec un livre de coloriage et se taisaient parce que les adultes parlaient. Mais les temps ont énormément changé".

Le gérant de la brasserie parle d'un ras-le-bol "complet" : "Deux à trois fois par jour, je me faisais insulter parce que je demandais gentiment de ne pas sauter avec des chaussures sales sur mes chaises ou de ne pas couper les coussins avec des couteaux. J'ai acheté des nouvelles chaises à 420 euros la pièce et pour être honnête, ce n'est pas la glace et le coca qui vont me permettre de récupérer l'argent. À quatre reprises, cela m'est même arrivé d'être agressé parce que j'ai demandé à ces enfants d'être un peu respectueux. En plus, les enfants sont si bruyants qu'ils font fuir ma clientèle. Je vise un public plus âgé et ils m'apportent beaucoup plus que ces enfants."

Et d'ajouter que le problème, ce ne sont pas les enfants, mais les parents qui sont tout le temps sur leur smartphone et ne s'occupent plus de leurs enfants.

Une décision "discutable" mais légale 

Toujours interrogé par Het Laatste Nieuws, l'organisation Horeca Vlaanderen, affirme que si cette décision est "discutable", "il faut la respecter". Son président, Matthias De Caluwe, donne d'ailleurs en exemple ces hôtels, de plus en plus nombreux, qui interdisent les enfants pour satisfaire une certaine clientèle. 

"Tout le monde à le droit d'exercer la liberté d'entreprendre de la manière qui lui convient le mieux. Le manager devra supporter les conséquences de ce choix", conclut-il. Et il insiste pour que ceux qui s'expriment sur les réseaux sociaux le fassent d'une manière "plus polie, sereine et nuancée"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
<<<<<<< HEAD =======
>>>>>>> master