Enfants autistes: des parents s'associent pour s'entraider

Cela fait moins d'un an que l'ASBL "Eudaimonia" a ouvert ses portes à Lesve, en province de Namur. Son but: accompagner quotidiennement des enfants atteints d'autisme dans leur quotidien, selon un programme personnalisé. A l'origine du projet, des parents cherchant un lieu adapté à leurs enfants, et une solution pour prendre une bouffée d'oxygène dans ce rythme de vie difficile.

Trouver le potentiel chez l'enfant

Le nom de l'ASBL n'a pas été choisi au hasard. "Eudaimonia" signifie "le bonheur de réaliser son potentiel" en grec ancien. "Les parents qui sont partis de l'idée que chaque enfant avait un potentiel qui ne demandait qu'à éclore. Donc ils se sont réunis et ils ont mis tout en place pour en arriver à ce projet", explique la coordinatrice de l'ASBL Françoise Dejollier. "Pour les parents, c'est généralement difficile de trouver un accompagnement dans le milieu scolaire qui soit adapté à leur enfant. De là est née Eudaimonia".

Un quotidien difficile 

S'occuper d'un enfant atteint d'autisme n'est pas de tout repos, comme en témoigne Camélia Iurcu, maman de Nicolas, 11 ans: "On se réveille à 5h ou 7H. Ou on ne se réveille pas parce qu'on a tout simplement pas dormi. Il touche à tout, il bouge tout à la maison, il faut avoir les yeux partout, il faut anticiper sinon il peut arriver une catastrophe. Il faut se battre pour l'habiller, le mettre dans la voiture..." Pour ces parents démunis, un encadrement professionnel était nécessaire pour offrir à leur enfant tous les outils nécessaires à leur développement. 

Une bouffée d'oxygène

Pour ces parents, "Eudaimonia" est une bouffée d'oxygène. Une pause dans ce quotidien difficile à gérer, raconte Caroline Biot, la maman d'Aurore, 13 ans: " Pour moi, c'est plus simple à gérer, j'ai moins de pression sur mes épaules. Et ça nous permet à nous, parents, de souffler et d'avoir des journées sans avoir les enfants chez nous. On leur donne tellement le jour et la nuit que ça fait du bien de souffler un peu..."

Des progrès inespérés

Dans cette ASBL, un adulte s'occupe d'un enfant, individuellement, pour jouer, mais aussi pour des activités d'éveil. Et ce suivi personnalisé semble fonctionner. Depuis que Camélia Iurcu dépose son fils deux fois par semaine chez Eudaimonia, elle a clairement constaté des changements: " Le médecin disait qu'il ne ferait rien, qu'il ne parlera jamais, qu'il ne sera jamais propre. Mais aujourd'hui je peux vous dire que Nicolas a fait de gros progrès. Il refusait de sortir avant, et maintenant on va partout. Il fait des courses, il connaît les couleurs, il fait des additions, il connaît l'alphabet...Ce sont des très gros progrès dont on n'osait pas rêver".

Appel aux bénévoles

Si l'établissement réjouit les parents, il ne peut malheureusement pas ouvrir plus de trois jours par semaine, par manque de moyens. "On est quand même que 4 personnes engagées, on fait appel à des bénévoles et des stagiaires. (...) on est toujours en recherche de bénévoles. Si des personnes ont deux heures par jour pour venir jouer avec les enfants... l'appel est lancé! Plus on est nombreux, plus ça roule et plus ça fonctionne", explique la coordinatrice de l'ASBL.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK