Encres de tatouage et risque de cancer: méfiez-vous des contrefaçons

Le tatouage séduit de plus en plus de Belges. Selon des chiffres du Service public fédéral Santé publique publiés en 2017, ils seraient environ 500.000 à se faire tatouer chaque année. Mais mieux vaut être prudent au moment de choisir l'artiste qui apposera un dessin éternel sur votre peau. Selon un rapport de l'Agence européenne des produits chimiques, certaines encres de mauvaise qualité contiennent des substances cancérigènes. Dans certains cas, on trouve aussi des pigments employés d'habitude dans les produits textiles ou le plastique...

Résultat : l'Agence a proposé à la Commission européenne de limiter l'usage de quelque 4000 substances en Europe. Cette proposition a été présentée à la Commission européenne l'année dernière. La Commission devrait se prononcer d'ici à la fin 2019.

Les amateurs de tatouage s'inquiètent-ils de la qualité des encres ? Pour le savoir, nous avons fait un tour à la Convention internationale du tatouage organisée début septembre à Liège. "Je ne me pose pas forcément la question, mais on devrait", reconnait une visiteuse du salon. "Je n'ai jamais eu de réaction allergique. Je pense qu'on mange plus de crasses que ce qu'on trouve dans l'encre", ajoute un autre. Pour un troisième, pas davantage d'inquiétude. "De toute façon on meurt tous. Ça ne me tracasse pas outre mesure. S'il y avait un souci d'hygiène, on l'interdirait."

L'Union européenne met des normes et des règles qui ne servent à rien

Depuis 2003, certains Etats suivent les recommandations formulées dans une résolution du conseil de l'Europe. On y trouve une liste de colorants à éviter. Mais le marché reste difficile à contrôler. Beaucoup de produits ne respectent pas les critères de composition.

Pour le tatoueur Tintin, le président du syndicat national français des artistes tatoueurs présent à Liège lors de la convention, une législation européenne ne changera rien au problème. Celui qui a exercé ses talents sur la peau de Jean-Paul Gaultier, Joey Starr l'affirme : "L'Union européenne met des normes et des règles qui ne servent à rien et qui tuent toutes les professions. L'Etat ferait mieux de s'inquiéter de tous les tatoueurs clandestins et sauvages qui achètent leur matériel en Chine avec des pigments frelatés et du mercure dedans."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK