Encore beaucoup de stocks à écouler alors que les soldes débutent ce 1er août

Ce samedi 1er août marque le début de la période des soldes d’été. Cette année, cette période attendue par les consommateurs a été reportée d’un mois. Avec le confinement et la fermeture des magasins, beaucoup de ventes n’ont pas eu lieu. L’objectif du report des soldes du 1er juillet au 1er août était de laisser aux commerçants un peu plus de temps pour écouler leurs marchandises sans devoir casser les prix trop tôt. Un mois plus tard, les commerçants ont encore beaucoup d’articles à écouler.

L’UCM, Union des Classes Moyennes, l’annonce, il y aura de bonnes affaires à réaliser pour les consommateurs dès les premiers jours. L’organisme de défense des indépendants a sondé ses affiliés quelques jours avant les soldes. Un magasin sur deux affichera des réductions de 50% ou davantage dès samedi. C’est dire si les commerçants ont hâte de faire de la place dans les rayons et, surtout, de vendre le plus possible pour dégager de la trésorerie pour préparer la saison suivante.

Des stocks importants

Car les stocks restent considérables. Pour 43% des commerçants, ils sont supérieurs à ceux de l’année dernière, si l’on compare leur niveau en cette veille de début des soldes d’été au niveau atteint l’an dernier fin juin avant la même période. Que les commerçants soient parvenus, depuis mars, à acheter moins de marchandises, qu’ils aient profité du mois de juillet pour opérer des ventes conjointes n’y a pas changé grand-chose. Les clients ne se sont pas rués dans les magasins pour acheter. Et le renforcement des mesures Covid-19, quelques jours avant les soldes n’augure rien de bon pour les commerçants : difficile d’imaginer des achats massifs alors que les clients ne sont autorisés qu’à pénétrer seuls dans les boutiques pour une durée de 30 minutes maximum.

Pour les commerçants affiliés à l’UCM, l’heure est au pessimisme. 88% d’entre eux pensent que les ventes seront inférieures à celles de juillet 2019.

Pour Comeos, qui représente les intérêts du secteur de la distribution et du commerce et qui compte parmi ses membres la plupart des grandes chaînes de magasins, reporter les soldes d’un mois n’a pas été une solution. Comeos était d’ailleurs partisan d’un démarrage des soldes à la date habituelle, début juillet. Les chiffres que Comeos a recueillis auprès des chaînes de magasins de vêtements montrent que les ventes en juillet ont été 59% moins importantes que l’an dernier.

Plus de choix pour les clients que l’an passé

Du côté du SNI, le Syndicat neutre pour indépendants, on a également sondé les affiliés. Ici, on a surtout interrogé les commerçants spécialisés dans le textile, les chaussures et la maroquinerie. 85% des commerçants sondés annoncent qu’il leur reste plus de stock que l’an dernier à la même période. L’importance des stocks est un argument pour le SNI convaincre les clients de venir dans les boutiques " D’habitude pendant les soldes, il ne reste pas toutes les tailles. Cette fois, il reste plus d’articles dans les rayons. Pour les clients, la chance est plus grande de trouver sa taille ", explique Christine Mattheuws, présidente du SNI. Malgré les récentes mesures sanitaires qui restreignent l’accès aux commerces – faire ses achats seul et pendant 30 minutes maximum – le SNI veut convaincre les clients d’aller faire les soldes. " Les magasins sont sûrs. Ils prennent des précautions ", poursuit Christine Mattheuws.

Alors que les soldes débutent ce samedi 1er août, les commerçants espèrent sauver ce qui peut encore l’être même si beaucoup sont déjà convaincus que les clients seront moins nombreux que les années précédentes. 80% des commerçants affiliés à l’UCM affirment avoir vu leurs chiffres de fréquentation baisser et s’attendent à ce que cela soit aussi le cas pendant les soldes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK