"En tant qu'artiste, on a besoin de se projeter et sans perspectives, c'est très épuisant"

Débrief de l'année: la culture
Débrief de l'année: la culture - © Tous droits réservés

On débriefe l'année écoulée cette semaine dans CQFD. Ce lundi, place à la culture. La crise sanitaire a plongé tout le secteur dans l'incertitude et touché les arts de la scène de plein fouet. Entre mesures de restriction et de soutien, il a fallu se réinventer. Pour en parler sur le plateau de CQFD: Gaspar Leclere, le directeur des Baladins du Miroir et Nathalie Uffner, la directrice du Théâtre de la Toison d’Or.

Le plus dur, c'est de garder espoir

"Il aurait peut-être mieux fallu assumer une année blanche", lance Nathalie Uffner pointant la complexité de programmations, déprogrammations ou reprogrammations multiples, "c'est épuisant et décourageant".

"Ca a généré une charge de travail dingue pour l'administration," poursuit Gaspar Leclere, "nous on en est au troisième report de tournée depuis le mois de mars et je me prépare au quatrième [...] Le plus dur, c'est de garder espoir. En tant qu'artistes, on a besoin de rêver l'impossible, de se projetter, et sans perspectives, c'est vrai que très épuisant... Mais nous avons aussi la mission de rebondir, de proposer autre chose, d'envisager un futur, avec peut-être de nouvelles règles: devra-t-on porter le masque durant plusieurs années par exemple? On n'en sais rien, il faut s'y préparer".

La directrice du Théâtre de la Toison d’Or ne comprend pas, en outre, l'impossibilité de travailler de son secteur, lorsqu'à proximité de son théâtre (Galerie de la Toison d'Or à Ixelles), des files s'allongent pour entrer dans les magasins qui ont eux pu rouvrir:

"Si on nous aide pas d'ici quelques mois, on va vers la faillitte".

Le budget 2021 de la culture vient d'être voté en Fédération Wallonie Bruxelles. 44 millions d’euros, dont plus de la moitié pour amortir la crise sanitaire, un budget aussi historique que la crise que traverse le secteur. Il s'agit notamment d'élargir le soutien à la culture non subventionnée, avec un renforcement des aides à la création pour la diffusion théâtrale, les arts de rue, forains et cirque, la danse, ou encore la production d'artistes plasticiens. Ce budget prévoit aussi le refinancement des centres d'expression artistiques, bibliothèques et centres culturels, ainsi que le réinvestissement dans les infrastructures culturelles.

"Là maintenant, on est en danger", confie Nathalie Uffner qui attend des nouvelles de ces aides annoncées par la FWB, "si on ne nous aide pas d'ici quelques mois, on va vers la faillitte". "On manque de transparence, on aimerait savoir quoi va servir à qui", ajoute Gaspar Leclere, "depuis le mois de septembre, on ne sait pas ce qui va se passer. Mais je veux rester positif. Je vais partir en création en janvier, je ne sais pas encore selon quelles règles, mais en attendant on continue à créer des choses", insiste le directeur des Baladins du Miroir.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK