En réalité virtuelle, dans la peau d'un schizophrène

De grosses lunettes, une caméra et un casque sur les oreilles. Avec ce dispositif, il est possible de regarder le monde à travers les yeux d’une personne souffrant de schizophrénie.

Médecins, assistants sociaux, policiers ou magistrats sont venus à l’hôpital Brugmann de Bruxelles pour s’immerger quelques instants dans cette réalité distordue. Tous sont régulièrement confrontés, dans la vie professionnelle, à des individus aux propos et aux comportements erratiques. Pas simple de se mettre à leur place.

La schizophrénie apparaît souvent à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Plusieurs facteurs, génétiques et psychosociaux, interviennent. Les spécialistes estiment qu’environ 1% de la population présente des prédispositions à développer la maladie.

Souvent associée à la violence, la schizophrénie suscite beaucoup incompréhensions. De nombreux patients souffrent d’hallucinations. Lors des crises, tout leur système sensoriel est perturbé. Ces patients ressentent des choses que les autres ne perçoivent pas.

C’est une artiste néerlandaise, Jennifer Kanary, qui a imaginé ces sensations visuelles et auditives qui assaillent les participants tout au long de l’expérience. Il y a douze ans, sa belle-sœur s’était suicidée lors d’un épisode psychotique. En développant un outil permettant au monde médical et aux familles de mieux apréhender la réalité des schizophrènes, elle espère favoriser la compréhension et la qualité des traitements médicaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK